"Ô, lecteur curieux, suspends ton vol"

La rédaction - 25.08.2015

Culture, Arts et Lettres - Salons - autre livre - éditeurs indépendants - littérature presse


Le Salon des éditeurs indépendants, qui se tient chaque année à l’Espace des Blancs manteaux, promu par l’association l’Autre livre, fait sa rentrée. La manifestation se déroulera du 13 au 15 novembre, et offrira un espace privilégié à 180 maisons « peu visibles en tête de gondole tout le long de l’année dans les points de vente confisqués par l’industrie du livre ». Avec une présentation toujours plus alléchante.

 

blancs manteaux autre livre éditeurs indépendants

 

 

Ô lecteur curieux, suspends ton vol !

 

Tu trouveras au 13e salon de l’autre LIVRE, les 13, 14 et 15 novembre 2015, à l’espace des Blancs Manteaux de Paris IV, de quoi alimenter ton sens du partage, ton bon sens des mots et ton imaginaire,

ainsi que des pages de vie et des points sur les I 

de la révolte toute crue mais peu gratuite 

des livres de qualité et à bon marché

 

Mais tu n’y trouveras pas de révolte à bon marché

pas de commerciale littérature pathétique

pas de spécialiste télévisuel de philousophie ou de pitrosophie  

pas de réflexion médiatique de comptoir

 

Tu y croiseras par contre des passeurs de bonheur

des ogres amateurs de poésie

de bons livres ambitieux

des penseurs à l’endroit

des visiteurs consommant

avec livresque sans modération

des éditeurs au grand cœur

des auteurs formidables et pleins d’humour

 

Ce salon, organisé par l’autre LIVRE, avec plus de 160 exposants, est le premier et unique « salon généraliste des indépendants » et pour beaucoup de plus en plus une alternative au salon de la Porte de Versailles.

 

Ô lecteur, à l’occasion de la table ronde, tu apprendras la réalité sur le rôle des éditeurs indépendants aujourd’hui, ce qu’aucun média n’a osé révéler, et pour toi, lecteur, en exclusivité tout ce que tu as toujours voulu savoir sur les coulisses de la rentrée littéraire industrielle et médiatique.

 

« Les livres, c’est nous qui les lisons

mais ce sont eux qui nous lient... »