medias

Paris : vers un budget culturel plus resserré ?

Clément Solym - 19.07.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - paris - budget - culture


Depuis quelques jours, la question dépasse le simple statut de la rumeur et, après Le Parisien, ce sont nos confrères du Monde qui font état d’une note confidentielle signée Christophe Girard (adjoint au maire chargé de la culture) et destinée au maire. Elle contient toute une série de propositions pour tenter de faire davantage d’économies dans le domaine culturel.

Dans un précédent article, nous évoquions la possibilité que Paris en toutes lettres, manifestation littéraire qui en était à sa troisième édition en mai 2011, ne soit pas reconduite en 2012. Mais au sein de cette note, Christophe Girard propose une autre possibilité, adosser Paris en toutes lettres au lieu de création et de production artistique le 104, ce qui permettrait de générer une économie non négligeable de 100 000 euros.

Dans cette note, on retrouve des dizaines de propositions afin d’arriver à grappiller sur le dos de la culture quelques millions d’euros, ces quelques millions faisant défaut au niveau des dépenses sociales de la ville. Il faudrait faire passer le budget de la culture de 121 à 117 millions d’euros. Pour l’adjoint à la culture, c’est de l’ordre de l’impossible. Néanmoins, il s’est attaché, pour préparer les discussions budgétaires d’octobre, à traquer les économies possibles.


Quelques manifestations particulièrement coûteuses et peu rentables pourraient être suspendues, à l’image des Arènes du jazz (280 000 euros de dépenses contre 40 000 euros de recettes) mais aussi l’arrêt de subventions comme les 915 000 euros versés au Théâtre Paris-Villette.

Prenant connaissance des informations diffusées dans Le Monde, la Ville de Paris a tenu à faire une mise au point, assurant le public de son engagement pour la culture. Elle rappelle cependant que « la mise en place au niveau national de nouveaux dispositifs de péréquation et le désengagement de l'Etat, notamment dans le domaine social, nous obligent à préparer le budget avec la gravité que les circonstances imposent. Pour autant, rien ne saurait remettre en cause nos priorités que sont la solidarité et la dynamique de Paris. »

Et la Ville de Paris de préciser son attachement au développement culturel : « Le budget 2012 dans ce domaine veillera ainsi à ce que le montant des crédits de fonctionnement et d'investissement soit déterminé de façon particulièrement rigoureuse, mais il se situera dans la continuité de l'effort constant de la Ville depuis 2001 pour développer la création artistique et l'accès de tous à la culture et il s'attachera à ne pas remettre en cause la dynamique des festivals et établissements culturels qui font la richesse de la culture à Paris. »