Partir en livre inscrit “définitivement dans le paysage estival des Français”

Cécile Mazin - 22.11.2016

Culture, Arts et Lettres - Salons - Partir en livre 2016 - CNL fête jeunesse - lecture jeunes livres


Anciennement Lire en Short, devenu Partir en livre, la manifestation dédiée à la lecture pour les jeunes affiche un bilan largement positif. Cette deuxième édition, soucieuse de conforter son positionnement, s’est étendue sur 1500 événements et 3046 opérations à travers le territoire. Et 500.000 personnes venues découvrir les attractions. 

 

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

C’est dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes que l’on a recensé le plus grand nombre d’animations – 577 en tout – devant même l’Île-de-France (394 animations). C’est cependant à Paris, Montpellier et Toulouse que les événements ont été les plus nombreux (106, 32 et 30). 

 

L’édition 2016 a su mieux mobiliser les acteurs de la chaîne du livre, avec 860 structures contre 626 l’année passée. Toutefois, bibliothèques, médiathèques et BDP ont représenté 64 % des coorganisateurs. 

 

Dans ses missions 2016, Partir en livre souhaitait avant tout sortir le livre des cadres habituellement associés à la lecture. Ainsi, on dénombre 1636 animations en plein air – que ce soit parcs, jardins, piscine ou encore bases de loisir et campings. L’association des lieux de prêts aux événements a également favorisé le Hors les murs. C’est toutefois en librairie (dans et hors les murs) que les événements ont été les plus nombreux, 746 en tout. 

 

Le premier parc d'attractions littéraires installé à Pantin a séduit les enfants  

 

Jeux et concours, lectures, ateliers pratiques, ou encore défis littéraires, spectacles et performances étaient au rendez-vous, avec une plus grande diversité dans les animations prévues. Ces dernières étaient à 52 % conçues pour un public familial, mais la tranche 6/11 ans représente tout de même 29 % des événements. 

 

Chose notable, un tiers des activités s’est déroulé durant les quatre premiers jours de la manifestation, avec un pic le 20 juillet. Un meilleur équilibre permettra certainement de favoriser une plus grande sensibilisation sur l’ensemble de la période.

 

S’il s’agissait d’encourager à la lecture, Partir en livre ne pouvait manquer de distribuer des chèques Lire : 11.328 ont été distribués en tout auprès de 3000 enfants, une dotation doublée par rapport à l’an passé. 

 

« Badaboum ! Fracas terrible ! » : Partir en Livre, et la littérature jeunesse déborde 

 

 

Et pour maintenir le contact avec les outils modernes, le recours aux réseaux sociaux sera à améliorer, indiquent les organisateurs : s’il faut conserver l’engagement des professionnels, il s’agit avant tout de mieux toucher les jeunes publics, avec des contenus adaptés. 

 

Un bilan plus marqué que celui de 2015, et l’espoir que la manifestation s’inscrive « définitivement dans le paysage estival des Français », l’édition 2017 aura de lourdes responsabilités. « Cette fête répond à une forte attente. Alliant qualité des animations, liberté dans l’organisation et objectifs ambitieux, son potentiel de développement reste important », note-t-on. 

 

Définitivement, 2016 fut plus structurée : reste à transformer, l’an prochain. 

 

  Bilan Partir en Livre 2016 by ActuaLitté on Scribd