Paul Colize et son Concerto pour quatre mains consacrés par le prix Arsène Lupin

Joséphine Leroy - 26.05.2016

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Paul Colize polar concerto - Colize prix Arsène Lupin - romans policiers récompense


Le romancier belge Paul Colize a été auréolé pour son polar, Concerto pour quatre mains (éd.Fleuve Noir), dans le cadre de la remise du prix Arsène Lupin. L’auteur de 63 ans avait auparavant écrit une douzaine de romans noirs. Il est reconnu comme un des grands auteurs de polars francophones. 

 

 

 

Il avait déjà été récompensé par de nombreux prix, parmi lesquels le prix Landerneau du polar et le prix du Boulevard de l'Imaginaire pour Un long moment de silence (éd. Manufacture des Livres). Le romancier a, depuis, changé de maison d’édition, en choisissant les éditions Fleuve Noir. 

 

Ce polar, dans lequel il décrit de façon pointue et réaliste le braquage d’un convoi transportant des diamants, a plu aux jurés. Cette histoire d’attaque sur un fourgon transportant quelques millions d’euros de diamants les a conquis et rappelle l’histoire d’un vrai braquage, ayant eu lieu en février 2013 à Bruxelles. Lors de ce braquage, environ 37 millions d’euros de diamants avaient été volés. Le romancier dit s’en être inspiré : « Je vais utiliser ce fait et, de ce fait, je vais monter un roman. »

 

Pour ce montage, il a même rencontré un ancien braqueur pour récupérer des « détails techniques » pouvant faire croire à un véritable braquage. Il a indiqué avoir rencontré un ex-braqueur « de haut vol », qualifié pendant une période « d’ennemi public numéro un » en Belgique. Souvent, le voleur est charmeur, et l’ancien braqueur en question, François Troukens, s’est retrouvé animateur d’une chaîne de télé belge. « J’avais demandé à un ami avocat de me mettre avec un truand dans le style Arsène Lupin », a confié l’auteur à l’AFP. 

 

Le prix Arsène Lupin a été créé en 2006. L’œuvre récompensée doit être originale dans sa forme et son contenu, appartenir au genre policier, et rentrer dans la ligne littéraire de Maurice Leblanc, le fameux créateur du gentleman-cambrioleur Arsène Lupin. C’est Florence Blanc, la petite-fille de l’écrivain, qui a remis le prix à Paul Colize. 

 

Et ce prix, il ne l’a pas volé.