Peine de mort : Patricia Cornwell dit son opposition

Clément Solym - 01.04.2011

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - patricia - cornwell - chevalier


L’auteur de roman policier était de passage à Paris cette semaine pour la sortie de son roman Le havre des morts, à l’occasion duquel elle a été décorée par l’insigne de Chevalier des Arts et des Lettres, mercredi dernier, par le PDG d'Hachette Livre, Arnaud Nourry, au nom du Ministre de la culture, Frédéric Mitterrand.

 
La décoration de Chevalier des Arts et des Lettres « Récompense les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire, ou par la contribution qu'elles ont apportée au rayonnement des Arts et des Lettres en France et dans le monde. »

C’est un grand honneur pour cette nouvelle reine du crime.Comme beaucoup d’auteurs de policiers, Cornwell met en scène des personnages récurrents que l’on peut suivre d’un roman à l’autre. Chez elle, c’est le Dr Scarpetta que l’on peut voir évoluer au fil des livres.

Ses aventures ont déjà inspiré de nombreuses séries télévisées sur la police scientifique et ne devraient pas tarder à être adaptées au Cinéma, selon l’AFP.

En effet, le studio Fox a récemment acquis les droits d’auteur et l’héroïne de Cornwell devrait être jouée par Angelina Jolie. L’écrivain, qui est très enthousiaste, a déjà commencé à travailler avec le scénariste : « J'espère que le projet aboutira », a-t-elle déclaré.


Et ce n’est pas tout

Les bonnes nouvelles adoucissent les mœurs. Du moins, elles semblent avoir un effet positif sur Patricia Cornwell, jusque-là sympathisante républicaine et plutôt favorable à la peine de mort, celle-ci revient sur ses positions et avoue s’opposer désormais à la peine capitale.

L’auteur a rencontré plusieurs condamnés dans le couloir de la mort et cela l’a fait réfléchir : la peine de mort, « c'est de la vengeance et de la haine, ce n'est pas le rôle de la société. »