Printemps des poètes : d'infinis paysages avec Juliette Binoche

Clément Solym - 07.02.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - printemps - poetes - binoche


Marqué par le décès de la romancière Andrée Chedid, le lancement des deux semaines nationales pour la poésie a eu lieu ce matin au ministère de la Culture. (notre actualitté)

Sous le thème d’ « infinis paysages », le 13e Printemps des Poètes s’apprête à envahir les grandes villes françaises (Paris, Lyon, Montpellier, La Rochelle), laissant cette année la place aux poètes ultramarins, dont une mise en valeur prévue à la station parisienne de Saint-Germain-des-Près (ligne 4).

Après le discours et la lecture de quatre poèmes par Frédéric Mitterrand, c’est une Juliette Binoche − marraine de la manifestation − à la voix étranglée qui a pris la parole pour lire Clown d’Henri Michaux, avant de s’excuser pour cette émotion débordante.


« La poésie, que j’ai boudée pendant trop longtemps, est sans doute l’art le plus ouvert, fin et intime qui soit », a-t-elle déclarée.

Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des Poètes, a souligné l’importance qui sera accordée à l’œuvre de Michel Butor, René Depestre, Kenneth White ou encore Aimé Césaire, afin de célébrer « les noces de l’outremer et de la culture française ».

Siméon a ensuite annoncé le déroulement de cette édition, auxquels participeront des établissements scolaires et universitaires, « piliers du Printemps des Poètes », ainsi que les parkings Vinci ou la RATP pour que la « poésie soit partout ».

On notera particulièrement les interventions de comédiens notoires − Juliette Binoche, Hugues Quester, Jacques Martial, Jacques Bonnaffé, Robin Renucci et d’autres - du 7 au 21 février dans tout Paris, pour des lectures de poèmes gratuites à destination du grand public.

Initié en France par André Velter, prix Goncourt de la poésie en 2007 et présent ce matin, le Printemps des poètes est aujourd'hui fêté dans 60 pays et continue d'inspirer de nombreux autres.

Matthieu Chedid, président du jury du concours Andrée Chedid du poème chanté, devait en présenter le lauréat. Retenu par le décès de sa grand-mère qui avait - ironie des dates - donné son nom au concours, il n’a pas pu annoncer le nom de la gagnante : Frédérique Dastrevigne.

Pour plus d'infos sur l'évènement