Prix Bad Sex : arrête d'écrire des scènes de cul, ça pourrit ton livre

Clément Solym - 18.11.2015

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - scène cul - écrire livre - Bad Sex


Le Bad Sex in Fiction Award est un petit délice dans le monde des prix littéraires. Il récompense chaque année un ouvrage contenant une scène de sexe écrite avec les pieds, ou qui tombe totalement à côté de la dimension érotique espérée. Voire pire : produit un contre-effet total sur le lecteur. 

 

The truth is that I can't hardly wait,it itches so bad I can't concentrate.

Zoe, CC BY 2.0

 

 

La Literary Review qui organise cette joyeuse séance a livré ses aspirants pour 2015 : depuis 22 ans que le prix est remis, ce sont toujours des choses plus ou moins tordues que l’on trouve saluées. « Chaque année depuis 1993, le Bad Sex In Fiction Award a honoré un auteur qui a produit une exceptionnelle mauvaise scène de description sexuelle dans un roman qui était pourtant bon. »

 

Et d’ouvertement rappeler que l’intérêt du jeu est bien d’attirer l’attention sur des passages décrivant des ébats sexuels « mal écrits, superficiels ou lourdingues ». Et qu’à ce titre, les jurés espèrent décourager les auteurs de se lancer dans ce type de séquence narrative, à moins de vraiment les maîtriser. À ce titre, la littérature ouvertement pornographique ou érotique n’est pas prise en compte par les membres du jury.

 

Pour 2015, ont été nominés : 

  • Before, During, After de Richard Bausch,
  • Book of Numbers de Joshua Cohen,
  • Against Nature de Tomas Espedal,
  • Fates and Furies de Lauren Groff
  • The Making of Zombie Wars de Aleksandar Hemon
  • Fear of Dying d’Erica Jong, 
  • List of the Lost de Morrissey,
  • The Martini Shot de George Pelecanos.

 

Or, ce qui fait manifestement hurler de rire la presse britannique, c’est que le chanteur Morrissey compte parmi les candidats. Pour des envolées lyriques telles que « J’ai des curiosités érotiques » ou encore « Tracey trouve que la partie centrale virile est trop légère à saisir, bien que de telles choses ne devraient pas compter dans l’esprit d’adultes, mais d’une certaine manière, ça compte, mais ça compte pas, ça compte, mais ça compte pas ».

 

Épique.

 

Rendez-vous est à prendre, le 1er décembre, pour découvrir le malheureux lauréat de l’année.