Prix de Flore 2010 : Le jour du roi d'Abdellah Taïa

Clément Solym - 04.11.2010

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - flore - prix - 2010


Allez, la grande farandole des prix littéraires se poursuit, avec aujourd'hui l'annonce du lauréat du prix de Flore, dans son édition 2010. Un choix assez corsé cette année, qui aura choisi son héraut à 7 voix contre 5.

Dès ce soir, au Flore, ce sera Byzance et compagnie : au milieu des journalistes, éditeurs et auteurs réunis, on célébrera la réussite d'Abdellah Taïa, qui a été récompensé pour son roman paru chez Seuil, Le jour du roi.

C'est au second tour que les jurés ont élu l'auteur.

Présentation de l'éditeur
Taïa laisse de côté l’homosexualité, thème central de ses deux précédents romans qui lui ont valu sa notoriété internationale et traite d’un sujet qui lui tient encore plus à cœur : la fracture, qui, au Maroc, sépare les pauvres des riches. Le héros et narrateur du roman est un adolescent pauvre. Il vit seul avec son père.

Sa mère est partie, ce qui a démoli le père. Le garçon hait et en même temps admire cette femme indigne, mais libre. Il a un ami de son âge, fils d’une riche famille. C’est ce garçon qui, bien sûr, est désigné pour aller saluer le Roi, baiser sa main. Le Roi est la figure omniprésente de l’autorité, devant qui tous s’écrasent. Malgré leur amitié profonde, le garçon pauvre finira par tuer le garçon riche : la lutte des classes l’emporte. Le roman, politique au fond, ne l’est jamais vraiment.

Il est poétique, onirique, métaphorique, et en même temps cru, ponctué de scènes vives qui marquent l’esprit du lecteur. Il se termine avec un autre personnage, féminin : une petite domestique noire dont le père du garçon riche avait fait son esclave sexuelle, destin jusqu’à un certain point accepté et même désiré par cette jeune fille, à la fois aliénée par le sort qui lui a fait la société, et en quête aveugle de liberté.

Le jour du roi, neuf ou d'occasion, sur Comparonet