Procrastination proustienne et structurée, prix ig Nobel de littérature

Clément Solym - 03.10.2011

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - procrastiner - demain - accomplir


Véritable contrepoint ironique de la très sérieuse série de récompenses qui seront attribuées au cours de la semaine, les ig Nobel ont pour mission de consacrer les découvertes ou réalisations les plus farelues, voire inutiles possibles.

Cette année, en littérature, c'est finalement presque une authentique réussite littéraire qui est récompensée. Théorisée, ou presque, par Marcel Proust, c'est le concept de procrastination structurée qui a été salué, dans le domaine de la littérature.

Originellement, le petit Marcel écrivait : « Cette habitude, vieille de tant d'années, de l'ajournement perpétuel, de ce que M. de Charlus flétrissait sous le nom de procrastination. »


Dans l'esprit de John Perry, lauréat de cette année, la procrastination structurée nécessite de se concentrer sur un élément important, pour avancer dans sa vie. Mais il importe surtout d'éviter de s'engager dans quelque chose de plus important avant.

Tout de suite... après-demain

Tout un art, qui avait été lancé dans un pamphlet de David d'Equainville, fondateur de la maison Anabet. L'homme avait également impulsé une journée mondiale de la procrastination.

C’est d’ailleurs sous forme numérique uniquement que sortira sont premier livre, en hommage aux bienfaits multiples et divers de la procrastination : Manifeste pour une journée reconductible, publié aux éditions Zebook (également spécialisées dans le numérique). Et c’est par une dédicace numérique, que l’auteur signera ses livres numériques au salon du livre, ainsi qu'il nous l'avait démontré durant le Salon du livre de Paris 2011. (voir notre actualitté)

Digne héritier de ce mouvement de pensée, John est convaincu de l'importance de son combat. Qu'il ne manquera pas de remettre à demain. Son livre, malgré tout écrit, How to Procrastinate and Still Get Things Done, paru en février 1966.

via io9