Quand Victor Hugo prêtait le flanc à la caricature

Victor De Sepausy - 07.06.2018

Culture, Arts et Lettres - Expositions - maison Victor Hugo - caricatures Victor Hugo - Victor Hugo France


La maison de Victor Hugo présente, à partir du 13 septembre 2018, pour la première fois, une exposition autour de l’image publique de Victor Hugo à travers le style de la caricature. 

 

Honoré Daumier, « Les représentants représentés, Assemblée Législative : Victor Hugo », in Le Charivari 10 juillet 1849". Lithographie et Alfred Le Petit « L’homme qui rit » in Le Grelot, Estampe
 
 

La renommée de Victor Hugo et son engagement politique ont fait de l’écrivain un sujet de prédilection des caricaturistes de son temps qui souvent, l’ont croqués plutôt rudement et parfois même avec férocité. Parmi ces dessinateurs de renom, il sera possible de retrouver des signatures prestigieuses tels que Daumier, Doré, Cham, Gill, Lepetit, Nadar... 
 

Les visiteurs de la maison de Victor Hugo sont ainsi invités à découvrir une sélection de plus de 150 caricatures (parmi un fonds de plus de 200 œuvres) à travers un parcours chronologique en cinq grandes parties, de 1830 aux funérailles du poète en mai 1885. 
 

Il s’agira d’un voyage à travers son œuvre, ses engagements politiques... Cet accrochage fera la lumière sur la place grandissante que le poète occupe dans la société française. Ce sera aussi l’occasion de rendre hommage aux journaux et aux dessinateurs qui, avec leurs extraordinaires coups d’œil et de main, démontrent tout leur mordant, leur ironie et, parfois, leur retenue. 
 

Le parcours de l’exposition 


La forte tête — 1830-1848 : Les principaux traits qui vont caractériser Hugo jusqu’à l’exil : petit corps, grande tête, front immense, chevelure tirée en arrière s’inventent sous le crayon notamment de Benjamin Roubaud. 


Détestation générale — 1848-1852 : La véritable entrée en politique de Victor Hugo est très mal perçue par les caricaturistes, qui raillent son ambition, ses discours emphatiques et le pouvoir qu’il est supposé avoir en disposant du journal L’Événement. Le ton changera à mesure que Victor Hugo passe du clan conservateur à celui de l’opposition. 
 

Épidémie de zombies chez Madame Bovary :
classique, la littérature ?

 

La renommée de l’absent — 1852-1870 : La censure interdit le nom ou la représentation de Victor Hugo jusqu’au milieu du Second Empire. On l’évoque malgré tout à travers ses œuvres écrites en exil : Légende des siècles, Les Misérables, Les Travailleurs de la mer, L’Homme qui rit. Il apparaît alors barbu et la plume des caricaturistes est plus empreinte de respect. 
 

Hugophobie et Hugolâtrie — 1870-1885 : Salué presque unanimement à son retour d’exil, l’auteur des Châtiments enfin publiés au grand jour bénéficie d’un traitement quasi hagiographique. Son attitude pendant la Commune et son soutien aux communards massacrés ou condamnés lui valent une volée de caricatures féroces. Les dernières années sont celles de l’apothéose et du culte rendu au « Père Hugo ». 
 


Commentaires

N'aurait-il pas été approprié de donner l'adresse de cette Maison?

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.