medias

Que les livres aident à regarder au-delà des frontières : Turin fait salon

Nicolas Gary - 28.02.2017

Culture, Arts et Lettres - Salons - salon livre turin - frontières Etats Unis - livres lecture bibliodiversité


Ce sont de nouvelles frontières que le Salon du livre de Turin partira chercher, pour sa prochaine édition. La 30e édition de la manifestation se déroulera du 18 au 22 mai, et, la semaine passée, son commissaire Nicola Lagioia en présentait les grandes thématiques.

 

 

 

C’est en présence de la maire de Turin, Chiara Appendino, mais également du président du Piémont, Sergio Chiamparino, que les organisateurs ont dévoilé leur programme. « Oltre il confine », Au-delà de la frontière, est cette année illustrée par l’affiche de Gipi – représentant une jeune fille sur un livre ouvert et retourné sur un mur couvert de barbelés.

 

« Aujourd’hui, après trois mois et demi de travail intense, nous pouvons vraiment entrevoir le salon à venir. Il reste encore trois mois avant le début de la manifestation, mais plus de 95 % des éditeurs qui y ont pris part l’année passée sont déjà prévu au Lingotto [lieu de la manifestation, NdR] », assure Nicola Lagioia.

 

De quoi laisser entendre clairement que l’événement a su convaincre les maisons – alors que cette année, la Foire de Milan se positionne en concurrent direct. En effet, Milan accueillera du 19 au 23 avril sa propre manifestation, Tempo di libri – avec le risque que Turin, salon historique, ne soit cannibalisé par le nouveau venu que porte l’association des éditeurs italiens.

 

Mais pour Nicola Lagioia, « la foire internationale du livre de Turin est l’événement où la majorité des éditeurs italiens est représentée dans le même temps et le même endroit ». La bibliodiversité sera au cœur de cette nouvelle édition, comme « garantie de la démocratie. Laisser de la place à un grand nombre de voix est bien mieux que de n’entendre qu’un monologue ».

 

Célébrations et regards croisés

 

La thématique s’inscrit bel et bien dans l’air du temps, alors même que les organisateurs ont laissé la place à une certaine appréhension, aujourd’hui pleinement remplacée par un véritable enthousiasme. Plus de 310 éditeurs ont confirmé leur présence et dans le même temps, les sponsors semblent avoir répondu à l’appel.

 

Lingotto accueillera également plusieurs grandes célébrations ; le 100e anniversaire de la Révolution d’octobre – et quelle est la place de la Russie aujourd’hui ? –, le 50e anniversaire de la mort de Don Milani et de Toto, ou encore les 30 ans de la mort de Primo Levi, décédé justement à Turin.

 

Turin accueillera aussi l’International Book Forum, un espace dédié à la négociation de droits, où se retrouveront agents littéraires, maisons d’édition internationales et bien d’autre. Cet espace a également été élargi pour intégrer les producteurs de films et de séries.

 

La Foire, dans son ensemble ouvrira deux fenêtres largement sur les États-Unis, pays invité, mais également sur la culture arabe. Un territoire fascinant, qui a vu l’an passé Bob Dylan devenir prix Nobel de littérature et Donald Trump prendre la présidence.

 

Massimo Bray, ancien ministre de la Culture qui prendra la présidence de la Fondation, assurait : « Je savais que ce ne serait pas chose simple, mais je crois que le climat a définitivement changé. » Rappelons également que, cette année, un projet d’échange culturel entre Turin et le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil a été mis en place.