Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Qui est René Laloux, le cinéaste qui travailla avec Topor, Moebius et Caza ?

Antoine Oury - 02.05.2017

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - René Laloux cinéma - René Laloux Topor - René Laloux Moebius


Avant Les Triplettes de Belleville et Kirikou, le cinéma d'animation français avait connu plusieurs grands maîtres dont René Laloux (1929-2004), qui travailla avec de nombreux noms de l'illustration et de la bande dessinée, dont Roland Topor, Moebius et Philippe Caza. Sans lui, des oeuvres ne se seraient sûrement jamais été animées à l'écran, mais, surtout, l'histoire du cinéma d'animation n'aurait pas été la même...

 

Les Maîtres du Temps (1982) de René Laloux, dessins de Moebius
 

Si son oeuvre en semble aujourd'hui très éloignée, c'est par les productions Tex Avery et Walt Disney que René Laloux découvre les possibilités créatrices de l'animation. Quelques années plus tard, il participera grandement à faire changer le regard de spectateur sur cette technique que l'on croit réservée aux histoires destinées aux plus jeunes.

Les débuts de Laloux sont indissociables de la jeunesse d'artiste de Roland Topor : c'est aux côtés de l'illustrateur français que René Laloux expérimente l'animation dans un court-métrage, en 1964, Les Temps morts. Dans cette oeuvre au ton très grave, évoquant la brutalité humaine et la guerre, on retrouve déjà la technique des papiers découpés chère aux deux artistes, mêlée à des prises de vue réelles façon documentaire, le tout sur un texte de Jacques Sternberg dit par Roland Dubillard.




Un an plus tard, Laloux et Topor récidivent, sur un ton plus léger mais non dénué de l'humour noir et dérangeant qui habite leurs oeuvres : Les Escargots, en 1965, est un court-métrage catastrophe assez jouissif qui leur permet de perfectionner la technique du papier découpé. Déjà remarqué en Italie et en Pologne, où le cinéma d'animation se déploie volontiers, Les Escargots voit aussi la couleur prendre une importance flagrante dans leur cinéma commun.




Le réalisateur et le dessinateur continuent sur leur lancée : dès 1966, ils s'attellent à l'adaptation du roman Oms en série de l'écrivain français Stefan Wul. Topor signera toute la direction artistique et les dessins de La Planète sauvage, animés par les studios d'animation Jiří Trnka de Krátký Film à Prague. Sorti en 1973, ce long-métrage d'animation reçoit le Prix spécial du jury au festival de Cannes la même année, alors même qu'il cumule la mauvaise réputation dont pâtissent alors la science-fiction et le cinéma d'animation.

« J'ai vu La Planète sauvage quand j'avais 20 ans, et, comme beaucoup de gens de ma génération, le film m'a vraiment marqué » explique Francis Zahnd, fondateur de la maison d'édition Le Pythagore, qui a publié le beau livre Les Mondes Fantastiques de René Laloux, de Fabrice Blin en 2004. « Ce livre lui rend hommage, mais rend aussi hommage au travail qu'il a fait pour le cinéma d'animation en France et dans le monde, malgré les difficultés qu'il a pu rencontrer, notamment budgétaires, pour l'accomplir. »




Des années après sa sortie, La Planète sauvage est aujourd'hui reconnu comme un film majeur, sans lequel Miyazaki et consorts, ainsi que de nombreux dessinateurs, n'auraient peut-être jamais créés de la même manière. « La preuve, c'est que ce livre se vend encore très bien à Angoulême », remarque Francis Zahnd.

En 1977, après avoir ouvert son studio d'animation à Angers, René Laloux entame un autre projet d'adaptation avec Philippe Caza, dessinateur au journal Métal hurlant, celle d'un roman de Jean-Pierre Andrevon, Les Hommes-machines contre Gandahar (1969). Il en résulte un court-métrage, Les Hommes-machines, sorte de pilote qui restera sans suite. Il s'entoure notamment, pour ces quelques minutes, du dessinateur Philippe Adamov (qui travailla notamment sur Ulysse 31) et Brian Eno, pour la musique. Excusez du peu...

Son film suivant, en 1982, Les Maîtres du Temps, signera sa collaboration avec Moebius, pour un nouveau long-métrage adapté d'un roman de Stefan Wul, L'Orphelin de Perdide. Jean Giraud, aka Moebius, signera aussi le scénario du film, aux côtés de Laloux et d'un certain Jean-Patrick Manchette, fameux auteur de romans policiers.




Laloux avait vu grand pour ce projet, qui devait ouvrir une série de plusieurs téléfilms réalisés avec différents dessinateurs du journal Métal hurlant, mais les difficultés financières et logistiques viendront à bout de sa volonté. Réalisé en Hongrie, Les Maîtres du Temps souffre ainsi du désengagement de la production du film malgré un projet solide.

Marqué par cet échec, Laloux ne réalise que des courts-métrages pendant quelques années et travaille sur la série télévisée De l'Autre Côté. Son travail inachevé avec Philippe Caza le pousse à s'investir dans un autre film avec lui, après un deuxième court-métrage ensemble pour la télévision, La Prisonnière, en 1985.




Ce grand projet commun, qui n'est autre que Gandahar, sortira finalement en salles en 1987 : il s'agit du dernier long-métrage de Laloux, qu'il signe donc avec Philippe Caza. La production est délocalisée à Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord, pour des raisons encore une fois financières...




La même année, Laloux fait travailler son équipe sur l'adaptation de la nouvelle Comment Wang-Fô fut sauvé de Marguerite Yourcenar, son dernier film : il évoquera le projet d'adaptation d'un roman de Serge Brussolo avec le dessinateur Patrice Sanahujas, avorté suite au décès de ce dernier. Et il ne fera que participer à l'écriture du scénario de L'Oeil du loup, un court-métrage d'animation de Hoël Caouissin réalisé d'après le roman de Daniel Pennac paru en 1984.




Les dernières années de sa vie, Laloux les consacrera à la direction du laboratoire d'imagerie numérique du Centre National de la Bande Dessinée et de l'Image (CNBDI) d'Angoulême, preuve que son appétit pour l'animation et ses techniques restait intact malgré un parcours loin d'être tout tracé...
 


via Wikipédia, Wikidot

Pour approfondir

Editeur : Le Pythagore
Genre :
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782908456431

Les Mondes Fantastiques De Rene Laloux

de Fabrice Blin(Auteur)

J'achète ce livre grand format à 35.50 €