(Re)découvrir les trésors enluminés de Normandie, à Rouen

Antoine Oury - 22.11.2016

Culture, Arts et Lettres - Expositions - enluminures trésors - livres enluminés - Musée des Antiquités Rouen


Du 9 décembre 2016 au 19 mars 2017, le Musée des Antiquités de Rouen proposera aux visiteurs de découvrir, ou redécouvrir, les collections médiévales et Renaissance des musées français à travers l'exposition « Trésors enluminés de Normandie ». 

 

Livre d’heures, Bethsabée surprise au bain par le roi David, Rouen, début du 16e siècle,

ancienne collection Louis Deglatigny, Caen, collection privée © IRHT

 

 

 

Manuscrits et feuillets enluminés souffrent d’un grand éparpillement, et si en France la majorité d’entre eux sont conservés par les bibliothèques publiques ou les centres d’archives, les pièces des musées sont le plus souvent peu documentées. Elles n’en constituent pas moins de précieux témoignages de l’art de l’enluminure. En 2004, l’Institut National d’Histoire de l’Art a lancé une vaste campagne d’inventaire systématique destinée à identifier ces pièces. Ce premier travail de recherche fut ensuite complété par le travail de terrain du musée des Antiquités, qui fera état des découvertes réalisées en Normandie.

 

L’exposition s’attache aux grandes évolutions stylistiques de l’enluminure, de la simple somptuosité de la lettre ornée à la véritable peinture de manuscrit, ainsi qu’aux différents usages du livre et de l’illustration.

 

Présentée en deux parties, l'exposition proposera tout d'abord un aperçu du goût pour l'art de l'enluminure à travers de grandes collections : les frères Dutuit ou Léopold Delisle pour les XIXe et XXe siècles, mais aussi les bibliothèques Bigot et Martainville, bien avant, pour la seule Normandie.

 

Le cœur de l'exposition présentera les enluminures conservées dans les musées français et issues de collections normandes, en commençant par les bibles et manuscrits liturgiques, mais sans négliger les ouvrages didactiques, théoriques et les récits chevaleresques.

 

 

Les dernières pièces de l'expo seront des feuillets détachés, vestiges d'une pratique de collectionneur qui coûta l'intégrité de nombreux ouvrages. Enfin, quelques pièces prouveront que l'enluminure perdura après l'invention de l'imprimerie par Gutenberg, notamment à travers les mises en couleurs de certaines gravures.

 

L'entrée de l'exposition est payante, à un tarif unique de 4 €.