Record de ventes pour les 50 ans du Pulitzer d'Harper Lee

Clément Solym - 09.07.2010

Culture, Arts et Lettres - Salons - pultizer - harper - lee


Cinquante ans après sa sortie, l’Amérique et l’Angleterre célèbrent en grande pompe To Kill a mockingbird, plaidoyer contre le racisme et l’injustice sociale. Ventes records, festivités et marathon de lecture sont au programme de ce week-end.

Le 11 juillet, jour anniversaire de la publication du chef d’œuvre d’Harper Lee, commémorera un phénomène littéraire toujours bien vivant. Ouvrage unique à plus d’un titre, puisque le prix Pulitzer était remis en 1960 à ce qui devait être un premier roman d’une auteure américaine. Elle n’en réécrira plus par la suite et fuira la vie publique quatre ans après le triomphe de son œuvre.

S’en suivent des ventes record s’élevant à 30 millions d’exemplaires et une adaptation cinéma avec dans le rôle du père de famille l’acteur Gregory Peck.

En pleine Amérique divisée entre ségrégationnistes et mouvement des droits civiques, Lee décrit la vie d’une famille dont le père est l’avocat d’un noir accusé du meurtre d’une blanche. Récit pointant du doigt les maux de la société américaine, To kill the mockingbird est devenu un classique des cours de littérature et a valu à son auteur, la médaille présidentielle de la liberté, des mains de Bush fils.


Ville natale de Lee et inspiration pour le cadre fictif de l’histoire, Monroeville, dans l’Alabama, sera l’objet de plusieurs évènements rendant un hommage particulièrement fidèle aux pages du roman. Reconstitution d’une salle de tribunal, repas de spécialités sudistes détaillées dans le roman, lecture marathon du livre sur une journée entière et fête d’anniversaire sur la pelouse du tribunal calquant un évènement du livre seront au menu de ce cinquantenaire.

Ce jubilé se retrouve au Royaume-Uni avec un retour du livre en tête de classement de nombreuses librairies. Côte à côte avec les dernières sorties littéraires : 1ère vente chez le libraire indépendant Foyles, et 7eme chez Waterstone.

Jonathan Ruppin, responsable web chez Foyles s’amuse qu’un classique tienne la dragée haute aux dernières productions. Il explique :
« L’ élégance et l’humanité des écrits d’Harper Lee, et l’histoire captivante signifient que ce livre a peu de chance d’être épuisé ». Mais au dessus de tout, Ruppin retient une histoire « simplement fantastique à lire ».

                      ( Bush Jr. décore l'écrivain en novembre 2007)
                 

En dehors de ces festivités, des milliers de fans se rendent quotidiennement à Monroeville comme en pèlerinage. Le livre est paru en France sous différents titres tels que : Quand meurt le rossignol (1961), Alouette je te plumerai (1989),  Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (2005).

(crédits photographiques Eric Graper)


L'oiseau moqueur est aussi disponible sur Comparonet.