Renaissance d'un monument du cinéma français

Clément Solym - 20.04.2008

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - DVD - Guy - Gilles


Les éditions Montparnasse et Lobster vous proposent de faire revivre dans votre dévédéthèque l'oeuvre d'un homme qui aura marqué le cinéma français par sa singularité, sa poésie et son sens de l'esthétisme.

En effet, à partir du 06 mai, vous pourrez (re)découvrir dans une édition collector double DVD trois films de Guy Gilles. Un cinéaste peu connu du grand public, contemporain de Truffaut et de Godard. Durant sa carrière, il ne fit pas de concessions et s'accrocha à la vision de son art refusant de faire du « cinéma alimentaire » et laissant le public seul décider d'aller voir ses films ou non « Au Pan Coupé est un film sans apprêt, sans démagogie. Ce n'est pas mon rôle de le lancer, ni de le faire aimer. À présent, aux autres de jouer, j'ai fait mon bout de chemin ! ».

Et c'est peut-être ce qui lui a fermé les portes de la gloire, ou du moins celle des diffuseurs frileux face à des films non conventionnels et un auteur intransigeant. Douze ans après sa mort, l'oeuvre du cinéaste est enfin transposée en DVD et proposée au public.

Dans le premier DVD, vous pourrez vous régaler de deux films et d'un documentaire de 20 minutes. L'amour à la mer son premier long métrage ouvrira le bal. Ce film retrace sur 74 minutes une histoire d'amour impossible sur fond de portraits poétiques de deux villes Brest et Paris. Même s'il n'a jamais pu être distribué en salles, il a obtenu le prix de la critique au festival Loncarno en 1964.

Le deuxième film se nomme « Au pan Coupé » réalisé en 1968 il dure également 74 minutes. Nous ne le présenterons pas cédant la place aux mots de Marguerite Duras « Au Pan coupé de Guy Gilles est le film d'un amour. L'amour a été interrompu par le départ, la mort. Il est vécu à partir du déchiffrage obsessionnel du passé. Ce passé a été bref, il est maintenant opaque et inépuisable comme un crime. Ici, enfin, l'amour n'est pas montré à partir de l'étreinte dans le-lit-d'hôtel. Son évocation par le visage - visage d'une femme cinquante fois répété, à une ombre près, un regard, un crispement sous le harcèlement de la blessure - est tout simplement admirable. Non, cela n'avait jamais encore été fait au cinéma ».

Le documentaire quant à lui est un portrait de Guy Gilles en photos commentées par Jean-Pierre Sotra son cousin et compositeur de la musique de plusieurs de ses films. Il a été réalisé par Gaël Lepingle.

Le second DVD contiendra le troisième film promis à savoir Le clair de Terre. Réalisé en 1970, il dure 98 minutes. Un homme, Pierre, vivant dans le quartier du Marais éprouve subitement le besoin de partir sur les traces de son passé et retourne en Algérie.

Enfin, vous pourrez suivre sur ce même DVD un Hommage au cinéaste, de Luc Bernard le frère de Guy Gilles. Réalisé en 1999, il dure 74 minutes et se nomme « Lettre à mon frère Guy Gilles, cinéaste disparu trop tôt ».