Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Restauration de manuscrits anciens et culture bobo-gay

Clément Solym - 09.06.2011

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - prix - coupole - hubert


Hier encore, deux nouveaux prix ont été décernés, dans la joie, la bonne humeur et les coulées de champagne -probablement. L'occasion de faire un petit retour sur les lauréats, qui n'ont pour le coup pas grand-chose à voir dans l'esprit de ces deux récompenses.

À l’occasion de sa 8e édition, le Prix de la Coupole a été remis hier à Joseph Macé-Scaron lors d’une soirée musicale au dancing de la Coupole. Il est doté de 8 000 €. Il sera mis à l’honneur au sein de la célèbre brasserie pendant un an à travers différentes animations (un plat dédié au lauréat, dédicaces, mise à disposition de son ouvrage en consultation à la bibliothèque itinérante…).


Le livre, Ticket d'entrée, paru chez Grasset a été élu à 6 voix contre 4 pour François-Marie de Jean-Marc Roberts, éditeur et patron de la maison Stock, qui pour l'occasion publiait chez Gallimard.


Un peu de sérieux...

En parallèle, c'est le prix Hubert Heilbronn 2011 qui vient d'être remis, le 6 juin en revanche, « pour la restauration des manuscrits et des livres anciens ».

Ce prix est destiné à financer la restauration d’un manuscrit ou livre ancien rare, fragile ou revêtant une importance historique particulière, issu des collections de la Bibliothèque nationale de France.

En l'occurrence, le lauréat de cette année est un recueil de textes franciscains du XIVe siècle. Le manuscrit à restaurer est un recueil de textes franciscains, acquis par la BnF en 2000, copié sur papier, vraisemblablement dans un couvent du Midi de la France, dans la seconde moitié du XIVe siècle.

Cet ouvrage, composé de 167 feuillets présente la particularité d’avoir été acheté dérelié avec des coutures et des tranchefiles très dégradées. L’attribution du Prix Hubert Heilbronn pour le traitement de ce document permettra de concilier la restauration d’un manuscrit pour l’heure incommunicable en l’état et la création d’une reliure de conservation.