Rushdie, une écriture trop inégale, selon les jurés du Booker 2008

Clément Solym - 11.09.2008

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - Booker - 2008 - Rushdie


Il était pourtant pressenti sinon pour le remporter, du moins pour faire partie des sélectionnés, au lieu de quoi, deux auteurs indiens, un Australien, un Irlandais et deux Britanniques lui on volé la vedette. Misère : pas de Booker 2008 pour Salman Rushdie.

Snobé par les jurés ? Non, pas même : « Je crois que l'écriture de Rusdhie est inégale, pour être honnête », assène Hardeep Singh Kohli, animateur radio. Et s'il ne doute pas de l'intelligence de l'homme, reste que, non, La sorcière de Florence n'a pas su convaincre. Il se contentera donc du Booker Prize, obtenu pour Les enfants de minuit.

Et puis, il fallait faire un choix et ne retenir que six livres, cinq personnes devaient trancher : elles l'ont fait. « Je ne dirai pas que nous avons débattu sur ce livre. Nous avons effectivement eu des conversations passionnées, mais rien de réellement enflammé pour celui-ci », ajoute Joseph O'Neill, originaire de Hollande.

Si le grand favori semble être définitivement Sebastian Barry, l'Irlandais, Steve Toltz garde ses chances. Le vainqueur ne sera annoncé que le 14 octobre, et il sera couronné de 50.000 $, autant que d'un prestige assurant un gros chiffre de ventes. L'an passé, The Gathering de Anne Enright s'était écoulé à 200.000 exemplaires, uniquement en Angleterre...