Salon du livre de Paris : retour d'Amazon, absence de Livres-Hebdo

Nicolas Gary - 11.02.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Amazon - Kindle - Livres Hebdo


C'est une peu la grande annonce que ce Salon du livre pourrait connaître. D'un côté, le retour de la société américaine dans les allées de la plus grande librairie de France, de l'autre, l'absence d'un acteur significatif dans le secteur, la société Electre, qui réunit tout à la fois la base de données et le magazine Livres Hebdo. Deux choix significatifs, bien que difficiles à analyser.

 

 

 

 

En 2012, la société Amazon décidait, pour la première fois depuis sa création, d'occuper un stand dans les allées du Salon du livre de Paris. Le stand était alors exclusivement consacré au lecteur ebook maison. « Le Kindle est arrivé cette année en France, il est donc normal que nous ayons notre stand sur le Salon du Livre. Tout le monde est curieux, le Kindle n'est pas forcément disponible dans beaucoup de points de vente », expliquait-on alors sur le stand.

 

La "concurrence déloyale"

 

Et puis, l'année se passe, et plusieurs polémiques, toujours aussi vives, ternissent quelque peu l'image de la société, qui préfère passer son tour pour 2013. Officiellement, la firme prétextait des propos de la ministre de la Culture, qui parlait, et parle encore, de « concurrence déloyale », vis-à-vis des libraires. Et dans le viseur, l'optimisation fiscale de la société, qui lui conférait alors un atout sérieux. Rien d'illégal, dans cette pratique, mais quelque chose qui dérange furieusement les librairies physiques en France. 

 

Plus globalement, expliquaient les organisateurs du Salon, « c'est aussi une présence d'image, de rencontre. Ils étaient ravis, enchantés, et ils nous avaient quasi confirmé qu'ils revenaient. Mais il ne vous a pas échappé qu'au niveau européen, cette société actuellement vit quelques turbulences ». À l'époque, un reportage sur les conditions de travail des intérimaires d'Amazon, en Allemagne, avait fait beaucoup de bruit. Le recours à une société de gardiennage, aux méthodes plutôt musclées, mettait dans l'embarras, au point que la chancelière, Angela Merkel, avait demandé l'ouverture d'une enquête. 

 

Enquête dont on n'aura finalement jamais entendu parler… 

 

La décision ne venait cependant pas de la filiale française, mais bien de la direction américaine. Reste que, pour d'aucuns, les propos de la ministre n'étaient finalement que le prétexte recherché par la firme pour s'absenter de la manifestation. 

 

 

Salon du livre de Paris Stand Amazon

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Sauf qu'entre temps, la loi visant à soutenir les librairies, en empêchant le cumul, pour les sites de vente en ligne, d'une gratuité des frais de port et de la remise de 5 %, a été adoptée au Sénat, et arrivera prochainement à l'Assemblée nationale. De ce point de vue, les esprits sont quelque peu apaisés, et si les questions d'optimisation fiscale demeurent, Amazon peut, plus sereinement, revenir au Salon. 

 

Nous ne sommes, étonnamment, pas parvenus à joindre les représentants d'Amazon France. Mais selon les plans du Salon du livre de Paris, que nous avons pu consulter, l'emplacement est bel et bien réservé, dans le secteur numérique, on s'en doute.

 

MàJ 19h30 :

Amazon nous a contactés pour confirmer l'information. Nous aurons de plus amples détails demain matin.

 

Livres Hebdo/Electre, absent pour 2014

 

L'autre information concernera moins le visiteur, puisque la société Electre a décidé de ne pas se rendre au Salon du livre de Paris. Peu connue du grand public, Electre SA propose une base de données bibliographique, dont peuvent se servir les bibliothèques et les librairies, mais publie également un magazine professionnel, Livres Hebdo, un hebdomadaire à qui l'on doit la publication des meilleures ventes de livres, réalisée en partenariat avec Ipsos. 

 

 

 

L'absence ne sera toutefois pas préjudiciable aux métiers du livre, puisque le stand était plutôt institutionnel. Contactée par ActuaLitté, le journal n'a pas souhaité nous apporter d'explications sur son choix de ne pas prendre part au Salon cette année.