Salon du Livre : les couleurs de la France s'accordent avec l'Autre

Xavier S. Thomann - 23.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Racisme - Immigration - Etranger


 21 mars, journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Le Salon du Livre organisait une table ronde intitulée « Aux couleurs de la France », avec pour objectif notamment d'interroger nos représentations de la France multiculturelle. Avaient été conviés : Tobie Nathan, Lilian Thuram, Catherine Wihtol de Wenden et Pascal Ory. Le débat était animé par Marijosé Alie (journaliste à France Ô). 

 

 

 

 

Un débat plutôt réussi, avec des contributions franchement intéressantes de la part de tous les intervenants. À une époque où l'étranger est souvent vu comme une menace et sert aussi de bouc-émissaire, il est forcément salutaire de réfléchir à la notion d'identité humaine. 

 

Ici, chacun des intervenants a nourri le débat en apportant sa propre expertise et son propre point de vue, en fonction de son expérience et de son domaine de prédilection. Tobie Nathan est revenu sur plusieurs points évoqués dans son livre l'Étranger ou le pari de l'autre (Autrement). Il a en particulier souligné le rôle essentiel tenu par les différentes diasporas dans le monde. 

 

Mais surtout, il a insisté sur les richesses propres d'une vraie rencontre avec l'étranger. Chacun véhicule des richesses que nous ne connaissons pas. Là-dessus tout le monde était d'accord. 

 

Lilian Thuram aborde ce thème dans la bande dessinée Notre histoire (Delcourt). L'ancien joueur de l'Équipe de France y raconte sa propre histoire et son arrivée dans la région parisienne enfant. Il a également insisté sur l'importance des rencontres avec l'Autre et sur le fait que l'identité d'un pays est changeante. 

 

Un autre thème au coeur du débat : celui de la migration. Catherine Wihtol de Wenden, politologue, a mentionné quelques-uns des points présents dans son Droit d'émigrer (CNRS Éditions). À l'appui de chiffres, elle a brossé un tableau des migrations contemporaines en indiquant à quel point la circulation est un moteur de l'humanité. Plus précisément, concernant la France, elle a critiqué le mythe de l'homogénéité, un discours très présent ces temps-ci dans la bouche de ceux qui ont du mal à reconnaître les différences. 

 

Pacal Ory a quant à lui présenté son Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France (Rober Laffont). Ce travail de grande ampleur (un millier d'entrées) permet de mesure la contribution des étrangers à l'histoire et de mettre en avant que la France est un grand pays d'immigration, ce que d'aucuns ont bien du mal à admettre.