Salon du livre : table ronde consacrée à l'édition adaptée

Xavier S. Thomann - 22.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Handicap - Braille - Valentin Haüy


Les questions relatives à la lecture des personnes handicapées ont été évoquées lors d'une table ronde sur le stand professionnel du CNL (Centre National du Livre). Plusieurs thèmes ont été abordés : l'accès à lecture pour les mal voyants et des non-voyants, l'édition de livres adaptés et l'accessibilité en bibliothèque. 

 

 

 

 

 

Luc Maumet de l'association Valentin Haüy est revenu sur les différentes actions menées pour promouvoir l'accès à l'écrit des personnes déficientes visuelles. Il a d'abord rappelé quelques chiffres : 1,3 million de personnes en France ont besoin de solutions alternatives au livre traditionnel. Il aussi rappelé que le braille est une pratique minoritaire, d'où une utilisation majoritaire du livre audio. 

 

À ce titre, il a apporté des précisions concernant le format Daisy (norme mondialement utilisée) : le CD commandé est reçu par la poste, il est réservé à l'usage d'une personne et la lecture se fait sur des appareils adaptés. Par ailleurs, l'association a vocation à partager son expertise en la matière avec les bibliothèques publiques pour qu'elles puissent proposer ces services. Pour le moment, on recense 15 bibliothèques partenaires, réparties dans toute la France.  

 

Autre acteur : les « Doigts qui rêvent », une maison d'édition spécialisée avec un catalogue de 200 titres, qui sont à la fois des adaptations et des créations originales. À noter que ces livres sont pour tous les enfants, y compris les non-voyants. Cette maison (au statut d'association) développe actuellement un coffret multi sensoriel autour de la BD (projet expérimental) et destiné à l'usage des bibliothèques.  

 

Sophie Martel de l'association Benjamins média a rappelé le mot d'ordre de la mission, à savoir le partage des histoires pour des publics aux besoins différents. Le public s'est vu présenter le dernier livre numérique pour les enfants mal voyants au format EPUB 3. Un travail conséquent a été fait sur les images sonores, avec notamment un comédien qui raconte l'histoire en langage des signes sur un fond sombre.

 

Enfin, Hélène Kudzia de la médiathèque Marguerite Duras (Paris) a évoqué la question de l'accessibilité des collections pour l'ensemble des publics et le travail sur l'inclusion et la mixité des publics. Elle a insisté sur l'effort fait sur place, pour accompagner les personnes dans leur téléchargement de livres. Il s'agit d'aider à comprendre comment fonctionne une bibliothèque spécialisée, à travers des démonstrations sur place.