Scarlett Johansson sera Zelda Sayre, l’épouse excentrique de Francis Scott Fitzgerald

Joséphine Leroy - 25.04.2016

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Scarlett Johansson Zelda Sayre - Scarlett Johansson The Beautiful and the Damned - Francis Scott Fitzgerald Zelda Sayre


Zelda Sayre, l’ex-épouse de l’écrivain des années folles, sera incarnée par Scarlett Johansson, sur grand écran, à l'occasion de la sortie d'un biopic consacré à cette figure souvent oubliée. L’auteur de Gatsby le Magnifique aurait pu faire de l’ombre à cette femme d’avant-garde. Le cinéma s’empare maintenant de l’histoire de la « première garçonne américaine », comme l’appelait Francis Scott Fitzgerald. En 2007-2008, lorsque l'idée avait été proposée, personne n'était intéressé. Cette annonce relance le projet. Le biopic s’appellera The Beautiful and the Damned, comme le rapporte The Tracking Board.

 

Scarlett Johansson

(Gage Skidmore / CC BY-SA 2.0)

 

 

On en oublierait presque qu’elle aussi avait écrit. Zelda Sayre était, certes, la muse de Francis Scott Fitzgerald, mais elle ne se cachait certainement pas dans un coin en attendant le retour de son mari. Elle était une « flapper girl », le nom que l’on donnait à ces jeunes femmes émancipées, provocatrices et libérées dans les années 1920. La fin fut moins glorieuse : elle avait intégré un hôpital psychiatrique. 

 

Mais c’est dans cette prison pour fous qu’elle aura un éclair de créativité. Les six premières semaines de son internement, elle écrit un roman entier : Accordez-moi cette valse, publié en 1932 (disponible aux éditions Robert Laffont, traduit en français par Jacqueline Remillet). Francis Scott Fiztgerald sera, pour sa part, fou de colère en lisant le livre de la femme dont il s’était séparé quelque temps plus tôt. 

 

Les années folles reviennent sur le devant de la scène. L’adaptation de Gatsby le Magnifique par Baz Luhrmann avec Leonardo DiCaprio et Carey Mulligan dans le rôle de Daisy Buchanan avait de nouveau focalisé l’attention sur l’œuvre de Francis Scott Fitzgerald et son rôle dans la littérature américaine. Woody Allen, avec Midnight In Paris (2011), avait aussi ressuscité les icônes des années folles, les peintres et les écrivains de l’époque formant une bande d’artistes délurés déambulant dans Paris : on y croisait Ernest Hemingway, Gertrude Stein, Picasso, Salvador Dalí, Luis Buñuel... et les Fitzgerald, entre autres.