Shailene Woodley : Twilight, 'une relation toxique, très malsaine'

Clément Solym - 13.03.2014

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Shailene Woodley - Twilight - relation toxique


L'actrice Shailene Woodley vient d'encastrer la production des films Twilight dans un mur, en accusant ses responsables d'envoyer un message néfaste aux jeunes. Elle s'inquiète d'ailleurs de ce que la franchise de films donne aux plus sensibles une vision sinistre des relations amoureuses. C'est que Bella est totalement dévouée à son petit vampire de copain, Edward. Et tout cela a quelque chose de toxique…

 

 

Shailene Woodley

nick step, CC BY 2.0

 

 

 

Les films Twilight - et au passage, les livres, probablement - glorifient une « relation toxique », assure Shailene, pour qui le personnage de Bella offre un triste exemple, chez TeenVogue. « Twilight, je suis désolé, mais c'est une relation très malsaine. Elle tombe amoureuse d'un gars, la seconde d'après, il la quitte, et sa vie s'achève, au point qu'elle veut se tuer. Quel message envoyons-nous aux jeunes ? Cela ne va pas aider le monde à évoluer. » 

 

Elle avoue aussi ne pas être vraiment une grande fan des livres de Stephenie Meyer et de ses romances vampiriques, et pas non plus de la trilogie de EL James, puisqu'elle a refusé de jouer dans l'adaptation de Fifty Shades of Grey. On lui avait proposé le rôle d'Anastasia Steele, qu'elle a préféré décliner. 

 

Elle sera cependant à l'affiche de Divergente, en avril prochain, avec Theo James. Le film est l'adaptation d'une trilogie de Veronica Roth, qui a été un best-seller dans la littérature Young Adult. 

 

Quant à ses déclarations sur Twilight, la presse n'hésite pas à les mettre en parallèle avec le coming-out que la jeune actrice a récemment dévoilé au public, assumant pleinement sa bisexualité. « Je tombe amoureuse d'êtres humains, en fonction de ce qu'ils sont, pas de ce qu'ils font, ou de leur sexe. »

 

La critique contre les livres n'est pas nouvelle. On doit probablement la plus dure à John Boyne, pour qui Twilight n'était qu'un « tas d'ordures ». Pour l'écrivain, la situation est simple : « Nous devrions encourager les enfants à lire seulement des bons livres ». Pas Twilight par exemple. Car pour les enfants qui lisent la saga de Stéphanie Meyer, « c'est une perte de temps ». « C'est mal écrit, il n'y a pas de bonne histoire, et cela donne un très, très mauvais message aux jeunes lecteurs, particulièrement aux jeunes filles ».