SILA : L'industrie ivoirienne produit 7 millions de livres par an

Julien Helmlinger - 08.10.2014

Culture, Arts et Lettres - Salons - Sila - Côte d'Ivoire - Industrie du livre


Ce mardi, le commissaire général du Salon international du livre d'Abidjan (SILA), Lucien Agbia a annoncé une édition annuelle placée sous le thème du « livre au cœur de l'émergence ». Celle-ci se tiendra du 5 au 9 novembre, avec la dizaine de pays du Bassin du Congo pour invités d'honneur, et à renfort d'innovations assure-t-il. À l'occasion du lancement de cette septième édition, le commissaire nous éclaire quant à la production livresque de la Côte d'Ivoire. Plus de 30.000 visiteurs sont attendus par les organisateurs.

 

Abidjan, Hôtel Ivoire et baie de Cocody

CC by 2.0 par Abdallahh 

 

 

Selon une récente étude dont a fait état Lucien Agbia, l'industrie du livre ivoirienne produirait quelque 7 millions de livres par an, une production composée à 70 % par l'édition scolaire et 30 % par la littérature générale. Soit plus de 150 nouveautés annuelles, pour un secteur qui représenterait, dans la seule région d'Abidjan, un chiffre d'affaires de 26,4 milliards FCFA et 1.291 emplois.

 

Parmi les innovations majeures de l'édition 2014, une bibliothèque permanente doit récompenser les meilleurs lecteurs du Salon, tandis qu'un espace café accueillera des débats et autres échanges entre auteurs et lecteurs. Un atelier de lecture est également programmé, quand deux grands prix nationaux de la littérature couronneront les lauréats dans les catégories Ecrivains confirmés et Jeunes auteurs.

 

Le ministère ivoirien de la Culture travaillerait désormais pour que les auteurs puissent vivre de leur métier, alors que le taux d'analphabétisme et les ventes frauduleuses restent des problèmes importants pour les ayants droit. Le commissaire explique qu'en conséquence un auteur pour vivre confortablement aujourd'hui doit être de très grande notoriété ou s'exporter.

 

Comme le précise le commissaire : « Cette année nous attendons 30 à 40.000 visiteurs. Nous avons déjà un très fort engouement au niveau des écoles. Je voudrais inviter tous les éditeurs, les auteurs et écrivains en herbe, les journalistes culturels et les autres professionnels du livre à s'engager pour la réussite de Sila 2014 afin d'asseoir définitivement le retour du livre et de la littérature en Côte d'Ivoire. »