Somaliland : La foire au livre d'Hargeisa comble un vide culturel

Clément Solym - 18.07.2012

Culture, Arts et Lettres - Salons - hargeisa - livre - somaliland


Hargeisa, capitale du Somaliland, partie du Somalie, comme son nom l'indique, accueille pour la cinquième année le Festival du livre. Une belle initiative qui permet un accès à la culture à la nombreuse population de la ville, dont 70% ont moins de 30 ans.


 

 

Africa Educational Trust Reading Room, Hargeisa

 

 

Le Festival offre une grande diversité et commence à attirer lecteurs et écrivains du monde entier. Outre la littérature, l'événement célèbre aussi le théâtre, le cinéma et la musique. Avant tout, le Festival veille à ce que la tradition orale du Somaliland dure.

 

La salle qui héberge le Festival, aux couleurs du drapeau national (rouge, vert, blanc), est désormais bondée. Malgré la présence évidente de soldats armés pour assurer une sécurité, les gens ne désemplissent pas. Les organisateurs s'en félicitent, car c'est aussi l'opportunité pour certains, comme Jama Musse, analyste d'une société informatique, de remplir ce qu'il considérait alors comme un vide culturel : « Il est inacceptable qu'il n'y ait ni théâtre ni cinéma dans cette ville. Il n'y a rien à faire pour les jeunes », a-t-il déclaré (The Guardian).

 

L'une des missions du Festival est donc de proposer une alternative saine, par le biais des arts, aux jeunes qui passent leur temps à mâcher du « khat » ou à suivre les appels des militants islamistes. Ayan Mahamoud, qui co-gère la foire du livre et organise son festival similaire à Londres chaque octobre, souligne l'importance des arts et de la culture (souvent oubliée) dans la construction de l'identité nationale :

 

« Vous ne pouvez pas devenir une nation par la simple construction d'une armée et une police, vous avez besoin de l'art... c'est à travers les livres que vous modifiez l'esprit des gens, » dit-elle. « On a besoin d'une culture de la paix et la tolérance. Le Salon du livre offre un espace pour nos jeunes qui les engage à discuter les uns avec les autres. »

 

Promouvoir la littérature et les auteurs du pays

 

Les organisateurs de la foire au livre veulent autant être une vitrine pour la littérature somalienne, pour l'amener au reste du monde, que d'apporter la littérature internationale à travers des traductions aux Somaliens. Récemment, la maison d'édition de Jama Musse a publié des traductions d'œuvres de George Orwell et d'Anton Tchekhov, et a fourni une traduction en anglais d'essais de Muuse Ismaaciil Galaal, une grande personnalité somalienne littéraire.

 

L'événement ouvre également de belles possibilités auprès de jeunes comme Rahma Hassan Tubez, 20 ans, étudiant en médecine et membre du club des lecteurs. Il est venu au Festival pour voir Mohamed Ibrahim Warsame « Hadraawi », considéré comme l'un des plus grands poètes du Somaliland. Rahma Hassan Tubez s'était déjà vu complimenté par Hadraawi sur sa poésie arabe, et l'auteur l'avait poussée à écrire en somalien.

« Quand j'étais jeune, mon rêve était de devenir médecin, maintenant chaque fois que j'ai du temps libre j'écris de la poésie», a déclaré Tubez, qui cite How to Win Friends and Influence People de Dale Carnegie comme son livre préféré. « Cette année, j'ai commencé à écrire de la poésie somalienne parce que Hadraawi m'avait encouragé. »

 

Au-delà de la foire, les organisateurs ont fait la promotion de clubs de lecteurs dans les six régions du Somaliland comme un moyen de faire pression sur les dirigeants régionaux pour construire des bibliothèques. « Nous avons eu des promesses de terrain et maintenant deux régions ont engagé des bâtiments pour les bibliothèques », a déclaré Ayan Mahamoud.