Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Sony s'offre un vice-président chargé du 'développement littéraire'

Antoine Oury - 08.09.2014

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Sony Pictures cinéma - adaptations livres - télévision séries


Un nouveau poste a fait son apparition dans l'organigramme de Sony Pictures, la filiale réservée aux produits audiovisuels de la société, pour la télévision ou le cinéma. Ryan Doherty devient ainsi vice-président chargé du développement littéraire : pas de retour de la lecture numérique, mais une sorte de chasseur de tête des adaptations à succès.

 


Digital Mission @ Sony Pictures

Siège de Sony Pictures Entertainment, Los Angeles

(Chinwag, CC BY-SA 2.0)

 

 

On pourra s'en réjouir ou le déplorer : depuis quelques années, cinéma et télévision s'abreuvent avec bonheur à la fontaine des adaptations de livres et romans à succès. Que l'on considère Game of Thrones et Hunger Games, ou Divergente et Guardians of Galaxy, les oeuvres adaptées semblent garantir un bon retour sur investissement en temps de crise.

 

Sony Pictures Entertainment (SPE) et ses filiales devraient multiplier ce type de productions, à en juger par la création chez SPE d'un poste de vice-président chargé du développement littéraire. Ryan Doherty, un ancien responsable éditorial de la maison Ballantine Bantam Dell (Random House), a hérité du poste, dont les attributions tiennent en une phrase, « repérer les opportunités d'adaptations de livres à la télévision et au cinéma ».

 

Doug Belgrad, président du département long-métrage de Sony Pictures Entertainment, a expliqué que le groupe tout entier « renforçait son implication pour trouver le matériau de base le plus qualitatif et le plus rémunérateur à chacune de nos filiales ». 

 

Parmi les dernières adaptations de la boîte de production, on trouve Captain Phillips (adapté de A Captain's Duty: Somali Pirates, Navy SEALS, and Dangerous Days at Sea de Richard Phillips), la mini-série Outlander ou The Amazing Spider-Man 2. Aucun grand succès, et c'est probablement ce que Sony souhaite changer.

 

(via Publisher's Weekly)