Stanley Kubrick chez les Simpson : Orange mécanique, revisité

Clément Solym - 24.11.2014

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Stanley Kubrick - films cinéma - Simpson hommage


Stanley Kubrick occupe une place de choix dans l'univers des Simpson, et ce n'est pas la première fois que la famille déjantée des États-Unis rend hommage au réalisateur. On se souvient qu'au cours du numéro spécial Simpson Horror Show V, c'est une réécriture du film Shining qui avait fourni la matière aux scénaristes. Un film d'ailleurs inspiré d'un ouvrage, signé, excusez du peu, par Stephen King.

 

 

 

 

Dans la saison 26, le Simpson Horror Show XXVI se poursuit donc, et comme nous l'avions déjà signalé, les dessinateurs avaient convié une multitude de références du dessin animé et du manga, au 742 Evegreen Terrace. Une parodie tournant en dérision les dérives marketing, résumées par Lisa : « S'il peut y avoir deux incarnations des Simpson, pourquoi quelque présence marketing diabolique ne pourrait pas en faire surgir des millions ? » Voire, des millions de dollars.

 

Or, si l'épisode spécial Halloween contient toujours trois petits épisodes, le deuxième est tout simplement une réécriture de Orange mécanique, le film de science-fiction réalisé en 1971 par... Stanley Kubrick. Et qui est adapté du livre paru en 1962, A Clockwork Orange signé d'Anthony Burgess. Sauf qu'ici, c'est Moe qui incarne le personnage d'Alex DeLarge. Et Homer décide d'abandonner sa vie de délinquant pour épouser Marge – il y a des choses immuables. 

 

 

 

 

La suite de l'épisode amalgame l'ensemble des films de Kubrick, avec des références à 2001, Odyssée de l'espace, ainsi que Eyes Wide Shut, et bien d'autres encore, le tout avec la dérision et le sens de la parodie que l'on connaît. Ainsi, pour grimer le singe apprenant à fracasser un crâne avec un os, on retrouve Hommer (si, si), qui s'empare de l'os placé dans les cheveux de l'assistant de Krusty. 

 

L'épisode s'intitule d'ailleurs A Clockword yellow. De quoi rendre Kubrick furieux ?