Sur les planches de théâtre, la robotique s'invite dans Kafka

Julien Helmlinger - 10.10.2014

Culture, Arts et Lettres - Théatre - Franz Kafka - La Métamorphose - Oriza Hirata


Dans l'archipel nippon, le metteur en scène japonais Oriza Hirata revisite avec originalité l'une des oeuvres les plus célèbres de Franz Kafka. Pour émouvoir le public du XXIe siècle avec son spectacle, La Métamorphose version Androïde, l'artiste fait le pari de remplacer le cafard par un robot sur les planches de théâtre.

 

 

Capture d'écran via AFP

 

 

Comme l'explique l'AFP, le metteur en scène s'est rendu pendant un mois, avec sa petite troupe, soit quatre acteurs français, ainsi que Hiroshi Ishiguro, l'un des plus grands spécialistes japonais de la robotique, du côté de Kinosaki, une bourgade de l'ouest du pays. 

 

Tandis que la nouvelle de Kafka est ouverte à toutes sortes d'interprétations, Oriza Hirata explique que son but avec cette pièce est d'éveiller les sentiments de l'audience, en lui donnant l'illusion que son robot possède une véritable âme. « Je voulais créer une situation dans laquelle un robot est capable de transporter le public. »

 

Le créateur d'androïdes se sera donc plié à cette contrainte en fabriquant un robot métallique à silhouette humaine, au corps argenté et visage blanc, ganté, et destiné à émerger des draps un beau matin de fiction. Et pour l'actrice Irène Jacob, de la partie : « Parfois vous avez l'impression que peut-être c'est plus qu'un robot, et parfois non. Un équilibre intéressant, car au fond vous ne savez plus. »

 

 

Sur les planches de théâtre, la robotique s'invite dans Kafka, Par Isciane Drici

Par Isciane Drici, du CESAN

 

 

Les mouvements de l'androïde sont pilotés depuis un ordinateur quelque part dans la salle. Le spectacle, qui fait escale pour quelques représentations à Yokohama, avant de débarquer en Europe, est joué en français avec des sous-titres en japonais défilant sur des écrans.

 

La pièce fera notamment l'ouverture du Festival Automne en Normandie (12 novembre-9 décembre) qui mêle théâtre, musique et danse. Cette année, le thème de la manifestation « l'humain e(s)t l'artificiel » s'y prête particulièrement bien.

 

Ci-dessous une vidéo réalisée par l'AFP :