Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Téléfilms et cinéma pour les éditions du Rouergue

Cécile Mazin - 17.10.2013

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - adaptation - cinéma - éditions du Rouergue


Les éditions du Rouergue, filiale de Actes Sud, sont à l'honneur du grand écran, avec trois adaptations de leurs romans, déclare la maison. Le premier, Bon rétablissement, de Marie-Sabine Roger, vient de débuter son tournage, sous la caméra du réalisateur Jean Becker. Prix 2012 des lecteurs de l'Express, le livre est le premier à entamer sa carrière au cinéma.

 

 

 

 

Pour son troisième ouvrage, Marie-Sabine Roger renoue avec le réalisateur qui avait déjà porté au cinéma La tête en friche, sorti en 2009 - avec Gérard Depardieu et Gisèle Casadesus. En 2010, elle avait fait paraître Vivement l'avenir. Bon rétablissement raconte l'histoire d'un veuf misanthrope, qui sera incarné par Gérard Lanvin, avec Claudia Tagbo dans le rôle de Myriam), Jean-Pierre Daroussin jouant Hervé Laurent et Fred Testot pour Maxime, rapporte l'AFP.

Sauvé d'une chute dans la Seine, un homme un peu ours et misanthrope de 67 ans, se retrouve immobilisé dans un lit d'hôpital pendant un mois et demi. Cela lui donne le temps de revisiter sa vie, avec ses bons et mauvais côtés, et surtout de rencontrer des personnes inattendues, lui qui n'attendait plus beaucoup de surprises dans sa vie.

 

Jean Becker et Jean-Loup Abadie ont écrit le scénario et les dialogues. 

 

Les deux autres ouvrages qui seront portés à l'écran sont Les deferlantes (grand prix des lectrices Elle 2009), de Claudie Gallay que réalisera Eleonore Faucher, cosignant le scénario avec Laurent Vachaud. Il sortira sous la forme d'un téléfilm sur Arte au mois de novembre. Sylvie Testud campera le rôle principal, avec Bruno Todeschini, Bulle Ogier et Daniel Duval. Ce dernier est décédé le 10 octobre dernier.  

 La Hague... Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu'il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d'hommes. C'est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l'automne. Employée par le Centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu'elle voit Lambert, c'est un jour de grande tempête.

Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d'un certain Michel. D'autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l'ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L'histoire de Lambert intrigue la narratrice et l'homme l'attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire.

 

Enfin Le premier été d'Anne Percin est réalisé par Marion Sarrault. Sylvie Granotier signe le scénario pour Romane Borhinger dans le rôle phare. Le téléfilm sortira sur France 3, dans le courant du premier trimestre 2014, et réunira également Ariane Basler, Hélène Vincent et Jean-François Stévenin.

Deux soeurs se retrouvent une fin d'été en Haute-Saône, afin de vider la maison de leurs grands-parents décédés. Depuis longtemps, Catherine, la benjamine, se tient loin de ce village... Pourtant, chaque coin de rue ou visage croisé font surgir en elle des souvenirs précis et douloureux. Sa soeur aînée a fondé une famille, elle, non. Devenue libraire, c'est une femme solitaire.

 

À l'adolescence déjà, elle passait ses heures dans les livres. Mais pour ce qu'elle a vécu ici, l'été de ses seize ans, l'été de sa lecture du Grand Meaulnes, «il n'y a pas eu de mots. Il n'y en a jamais eu, ni avant, ni après. C'est quelque chose qui ne ressemble à rien d'écrit.» Quinze années ont passé, et personne n'a jamais su quel secret la tenaillait depuis tout ce temps, le drame dont elle a peut-être été coupable.

 

Une fin d'année dynamique pour la maison, donc.