Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Télévision : Murielle Robin incarnera Jacqueline Sauvage

Cécile Mazin - 24.10.2017

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Jacqueline Sauvage autobiographie - Murielle Robin téléfilm - violence femmes Sauvage


C’est la grâce présidentielle, accordée par François Hollande qui aura permis à Jacqueline Sauvage de sortir de prison, alors qu’elle était condamnée à 10 années de réclusion. En cause, le meurtre de son mari, particulièrement violent avec elle. En février dernier, cette femme s’expliquait sur toute l’histoire, dans un ouvrage publié chez Fayard et sous-titré « C’était lui ou nous. »



 

 

Depuis sa libération, et plus encore durant son emprisonnement, Jacqueline Sauvage était devenue un véritable symbole : une justice inepte, qui décide de condamner une femme à une lourde peine de prison, alors qu’elle était battue par son mari.

 

On apprend que, dans l’adaptation qui est prévue de l’ouvrage, et qui débutera au mois de février 2018, c’est l’humoriste Murielle Robin qui incarnera Jacqueline Sauvage. Elle s’était personnellement mobilisée, pour tenter d’obtenir la libération de la mère de famille.

 

L’autobiographie sera adaptée en téléfilm par Yves Rénier, pour la chaîne TF1.  

 

Quarante-sept ans de mariage. D'abord une histoire d'amour, comme il y en a tant d'autres. Mais très vite, les insultes, les coups, l'engrenage de la violence. L'homme à qui Jacqueline Sauvage a confié sa vie l'a transformée en enfer, régnant sur le foyer en véritable tyran. Jacqueline qu'il blesse, qu'il torture au quotidien mais aussi leurs enfants qu'il humilie, qu'il frappe, qu'il terrorise. Tous partagent le même sentiment paralysant : la peur. 

 

Cette peur qui les empêche de partir, qui les empêche de le dénoncer. Et puis il y a ce lundi 10 septembre 2012. Ce jour où, après une ultime agression, Jacqueline commet l'irréparable. Trois coups de fusil. Le bourreau est mort. Elle l'a tué. Le 28 décembre 2016, François Hollande a gracié Jacqueline Sauvage. Après des décennies de silence, Jacqueline ose enfin prendre la parole. Pas pour elle, puisqu'il est déjà trop tard, mais pour toutes les femmes prises au piège de la violence conjugale.

 

[Extraits] Je voulais juste que ça s'arrête
de Jacqueline Sauvage
 
 

Notons que depuis, un ouvrage d’enquête, signé par Hélène Mathieu et Daniel Grandclément, reprend toute l’histoire de ce procès.

 

"Pourquoi s'acharner sur Jacqueline Sauvage ? Elle a assez payé !" vont penser ceux qui ont vécu pendant des mois au rythme des manifestations. Comme eux, une bonne partie de l'opinion publique a réclamé la grâce de cette femme meurtrière de son mari après quarante-sept années de violences. Pourtant, deux jurys populaires l'ont condamnée à dix ans de prison. Des faits ignorés du grand public justifiaient-ils cette sévérité ? Ce livre-enquête, écrit sans parti pris, révèle les zones d'ombre de l'affaire et dévoile une femme complexe, à la fois dure et soumise, humiliée par son mari, mais amoureuse et jalouse. 

Méritait-elle de devenir l'emblème des femmes battues ? "La cause était bonne mais ce n'était pas la bonne personne", tranchera l'avocat général du procès en appel.

 

Jacqueline Sauvage, Nathalie Tomasini (Préfacier), Janine Bonaggiunta (Préfacier) – Je voulais juste que ça s'arrête – Editions Fayard – 9782213701509 – 18 €

 

Hélène Mathieu, Daniel Grandclément – La vérité sur l'affaire Jacqueline Sauvage – Editions Stock – 9782234083592 – 19,50 €