The Amazing Spider-Man : avenir plus qu'incertain chez Sony

Antoine Oury - 15.01.2015

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Spider-Man - sony Carnage Gwen - Andrew Garfield Tobey Maguire


Depuis Spider-Man 3, récemment renié par le réalisateur Sam Raimi lui-même, Sony peine à faire de Spider-Man une franchise honnête et rentable au cinéma. Les récents piratages dont a été victime la firme ont dévoilé quelques pistes évoquées par le studio pour relancer le Tisseur sur la toile. D'une Gwen Stacy en Carnage à une rencontre entre les deux interprètes de Spidey, Tobey Maguire et Andrew Garfield, tout a été envisagé.

 

 Spider-man en Avengers

Spider-Man et les Vengeurs, aka Avengers (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

Dessin de John Romita Sr., L'intégrale Spider-Man 1966 chez Panini Comics

 

 

The Amazing Spider-Man 2 a fait un véritable four au cinéma, et la punition était amplement méritée. Attention, spoiler : malgré la mort de Gwen Stacy, déchirante pour tous les fans du comics, le long-métrage n'a passionné personne. Dans un email dévoilé par les récents piratages dont la firme a été victime, nombre d'hypothèses étaient envisagées.

 

Parmi les plus étranges, une rencontre entre Tobey Maguire et Andrew Garfield, les deux interprètes de Spider-Man au cinéma, peut-être dans une histoire de clones, comme les comics en ont connu : le film s'appellerait Spider-Man vs The Amazing Spider-Man... Ou encore le retour de Gwen Stacy, en Carnage, dérivé un peu plus diabolique de Venom, comme cela a pu être lu par les fans dans Ultimate Spider-Man.

 

L'éventualité d'un troisième volet en animation a également été évoquée, avec doublage par les acteurs des précédents, mais rapidement oubliée.

 

Les bénéfices de The Amazing Spider-Man 2 se sont limités à 35 millions $, et Sony ne fait pas de mystères : « il faut au moins 500 millions $ [de recettes] pour le spiderman suivant, afin de maintenir l'équilibre ». Les producteurs se tournent plutôt vers des films (au moins deux) centrés sur les Sinister Six, ce groupe de super-vilains réunis autour du Docteur Octopus, qui permettraient par ailleurs de donner le change au Suicide Squad de DC/Warner. L'équipe serait évidemment opposée à Spider-Man.

 

Quoi qu'il en soit, Sony a visiblement l'intention de faire cracher Marvel au bassinet, pour que ce dernier espère récupérer la licence autour de Spider-Man. Rappelons que le reboot de la saga avait uniquement pour but de sécuriser la propriété de Sony : les studios envisagent ainsi de vendre à Marvel pour pas moins de 5 milliards $. Finalement, une hypothèse consistant à réaliser des films jusqu'en 2020 — y compris des spin-off comme celui pour Venom —, puis à revendre pour 2 milliards $, semble plus probable.

 

D'après les dernières rumeurs, rapportées dans un article-fleuve du Latino Review, Sony aurait finalement accepté de partager sa licence, et se serait entendu avec Marvel Studios pour que Spider-Man apparaisse dans Avengers : Infinity Wars Part 1, dont la sortie est prévue en 2018. Tout bénéf pour Sony, qui s'appuierait alors sur la popularité des Avengers, pour redonner de l'intérêt au personnage de Spider-Man. Et rien n'empêcherait le studio de revendre la licence en 2020, pour un montant moindre, toutefois...