The Dark Knight Rises, plus proche de Charles Dickens

Clément Solym - 10.07.2012

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - The Dark Knight Rises - Dickens - Christopher Nolan


The Dark Knight Rises, troisième volet de la série réalisé par Christopher Nolan et scénarisé par son frère Jonathan, sera plus contestataire que les volets précédents : Batman Begins et The Dark Knight : le chevalier noir.

 

 

Bruce Wayne et Oliver Twist, même combat ?

 

 

Le film fait en effet référence au mouvement protestataire "Occuper Wall Street" qui a réuni des dizaines de milliers d'Américains en 2011 qui manifestaient contre l'impuissance de l'État concernant les affaires du district des finances, haut lieu capitaliste. Ce qui explique le choix du réalisateur : « J'ai pensé que nous devions mettre plus en avant New York dans ce film, dont l'histoire est intimement liée à la ville, d'ou le nom de Gotham. »

 

Le film est alors inspiré du roman A tale of Two Cities de Dickens, publié à l'origine sous forme de séries, en 1859. Les personnages sont réunis autour d'une intrigue dramatique, chargée en émotivité, dans un contexte de mécontentement social et de corruption politique, climat qui est alors fidèlement retranscrit par Nolan.

 

Lors d'une conférence de presse, il s'exprimait ainsi à propos de son frère scénariste : « Quand Jonah m'a montré pour la première fois le scénario, il avait quelque chose comme 400 pages, il m'a demandé si j'avais lu A Tale of Two Cities de Dickens, j'ai dit "Oui absolument", en réalité, cela faisait partie de ces choses que je croyais avoir faite. »

 

 Mais DC comics, la maison de production, n'en est pas à sa première rencontre avec la famille Dickens, puisqu'ils ont fait tourner Alan Napier dans le rôle du major d'homme Alfred, alors marié à la petite fille de l'auteur d'Oliver Twist dans une série de 1966. 

 

The Dark Knight Rises sortira le 25 juillet prochain en France pour  2 h 44 d'action et de drame, le parfait thriller.