Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Tom Hanks en Walt Disney, soucieux de produire Mary Poppins

Antoine Oury - 23.12.2013

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Saving Mr Banks - Walt Disney - Mary Poppins


Le film avait peu de chances de voir le jour, et il s'en est fallu d'un cheveu qu'il ne tombe aux oubliettes du 7e art : cette introduction peut s'appliquer aussi bien au classique Mary Poppins, qu'au long-métrage à venir chez Disney, Saving Mr. Banks. Ce dernier long-métrage s'attache au long chemin de croix de Walt Disney lui-même, pour convaincre P.L. Travers, auteure de Mary Poppins, d'accepter une adaptation de son film.

 

 

 

 

En effet, dans les deux cas, les longs-métrages étaient suspendus à un simple refus, ou accord : Pour Saving Mr. Banks, celui des studios Disney, souvent réticents à dévoiler leurs rouages, pour Mary Poppins, celui de l'auteure Pamela Lyndon Travers. Cette dernière était particulièrement connue pour son refus des chansons, de l'animation et de la couleur rouge (!) dans les adaptations de ses romans, et il faudra toute l'habileté de Walt Disney pour la convaincre de lui donner carte blanche.

 

Pour appuyer la proposition d'un film centré sur la relation entre Disney et Travers, les porteurs du projet surent bien vite dénicher en les personnes des frères Sherman, compositeur de la célèbre partition du film, des alliés de choix. Ou du moins Richard Sherman, son frère Bob étant décédé quelques mois auparavant. « C'était très dur pour lui. Il pleurait. Travers leur en a vraiment fait voir de toutes les couleurs », explique la scénariste du film, Kelly Marcel.

 

Contrairement aux frayeurs de l'équipe originale, les studios Walt Disney ne décidèrent pas de revoir tout le script à leur convenance, et ouvrirent plutôt leurs archives audio autour du film, soit 39 heures de conversation entre Travers, les compositeurs Sherman et le scénariste de Mary Poppins, Don DaGradi. Un trésor pour les scénaristes de ce nouveau film, cela va sans dire...

 

Tout de même, le studio a pu intervenir dans la production : en bien, pour aider l'équipe de tournage, lorsque le PDG des studios Disney, Robert Iger, a contacté Tom Hanks pour lui demander de jouer Walt Disney, et en plus polémique, avec l'interdiction de montrer Walt Disney en train de fumer à l'écran - il est pourtant mort en 1966 d'un cancer du poumon.

 

Aidés par les éléments fournis par le studio, et finalement, peu restreints dans leur créativité, les scénaristes semblent en tout cas avoir trouvé leur bonheur, en reconstituant les échanges et l'affrontement de l'homme de cinéma et de la femme de lettres : « Deux individus habitués à faire les choses comme ils l'entendent. Elle avait moins d'influence, mais beaucoup d'assurance, suffisamment pour se tenir droite et dire non. »

 

Le long-métrage, réalisé par John Lee Hancock, sortira en France le 5 mars 2014 sous le titre Dans l'ombre de Mary.

 

 

 

(via The Hollywood Reporter)