medias

Trois producteurs dans l'arène pour un 4e Astérix et Obélix

Clément Solym - 12.12.2009

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - adaptation - astérix - langmann


Une adaptation d'un album d'Astérix et Obélix au cinéma est toujours un événement. Et a chaque fois le nombre d'entrées est impressionnant : Astérix et Obélix contre César (Claude Zidi) a totalisé 8,7 millions d'entrées, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (Alain Chabat) 14 millions, et le troisième volet, Astérix aux Jeux olympiques (Forestier et Langmann), un peu moins suivi en a réalisé 6,8 millions. Si l'on cumule le nombre d'entrées des trois films en Europe on arrive tout de même à 65 millions.

Trois producteurs dans l'arène

Il est donc évident que les aventures des irréductibles Gaulois attirent de nombreux producteurs, Thomas Langmann en tête. En effet, c'est à lui que l'on doit l'idée de l'adaptation de cette BD au cinéma et il est le producteur des trois premiers volets. Il a donc proposé aux éditions Albert René (détenues par Hachette) un projet pour un quatrième film. Ce serait une adaptation du Tour de Gaule et Christophe Barratier (réalisateur des Choristes) serait aux commandes.

Seulement, cette fois-ci il n'est pas seul sur le coup. En effet, la société Fidélité Productions de Marc Missonnier et Olivier Delbosc, lorgne aussi sur une adaptation d'un album d'Astérix mais cette fois il s'agirait d'Astérix chez les Bretons et le réalisateur du Petit Nicolas, Laurent Tirard, serait derrière la caméra.

Enfin, un dernier concurrent vient de se jeter dans l'arène, il s'agit de Luc Besson avec sa société EuropaCorp. L'album qu'il souhaiterait porter au grand écran n'a pas été révélé mais il pourrait bien prendre lui-même en main la réalisation de cet opus selon le JDD.

Chacun des trois concurrents aurait remis un petit résumé de son projet aux éditions Albert René la semaine dernière. Celles-ci devraient trancher dans les semaines à venir après consultation d’Albert Uderzo et d’Anne Goscinny bien-sûr. Quoi qu'il en soit, les droits d'adaptation devraient s'élever à 2 millions d'euros mais pourraient être assortis d'une option sur un éventuel cinquième film Astérix.

Le choix des armes

Pour convaincre, les trois producteurs ont des atouts qu'ils vont certainement mettre en avant. Thomas Langmann pourra certainement compter sur le soutien d’Albert Uderzo étant donnée sa position de producteur historique d'Astérix. De plus, le producteur s'est donné les moyens de gêner considérablement ses concurrents en faisant signer un contrat d'exclusivité à Clovis Cornillac et Gérard Depardieu (les interprètes d'Astérix et d'Obélix). Une information qui aurait été confirmée par Cornillac.

Fidélité Productions de son côté peut s'appuyer sur le grand succès de l'adaptation du Petit Nicolas (5,3 millions d'entrées) et aurait le soutien d’Anne Goscinny. Quant à Luc Besson, il bénéficie d'un prestige international, d'une société de production habituée aux grosses productions, et se trouve actuellement auréolé du succès du deuxième volet d'Arthur et les Minimoys.