Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Trump privé de clown pour avoir bloqué Stephen King sur Twitter

Nicolas Gary - 26.08.2017

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - clown tueur film - clown Stephen King - Pennywise Trump king


Puni, le vilain Donald, et pan sur le bec de ce grand bavard. Et puis, qu’on se le dise, désormais, à OK Corral, c’est Stephen King qui distribue les bons et mauvais points. Qui touche à la liberté d’expression sera sévèrement châtié, a certainement écrit quelqu’un. Alors le King met en pratique.



 

 

D’abord, que les fans inconditionnels du canard de Disney, aka Donald Duck, se rassurent, le Donald qui s’est fait tirer les plumes ne doit rien à Walt Disney. 

 

Souvenir : mi-juin, le président des États-Unis décidait dans un acte de courage triomphant de bloquer Stephen King sur Twitter. Ne rigolez pas, certains médias usent du même comportement, croyant nuire à leurs confrères. Non, non, pas de noms… 

 

Bref, King bloqué, Rowling accourait et jurait au roi de l’horreur qu’elle lui ferait suivre tous les messages du POTUS. La résistance s’organisait comme elle pouvait, sans manquer pour autant d’efficacité…
 

Stephen King présente ses excuses à la communauté des clowns


Eh bien, voici comme le retour de flamme façon napalm le matin au réveil vient de revenir dans la tête du président Trump. Sans coup de semonce, Stephen King vient, dans l’hilarité générale, la dérision et le second degré, de priver Trump de la nouvelle adaptation de son roman It, bientôt au cinéma, ou de Mr Mercedes, actuellement sur les écrans.

 

 

 

« Pas de clowns pour toi, Donald. Va flotter tout seul », expédie le romancier, en référence au clown Pennywise, dont les ballons flottent, même au fin fond des égouts. D’ailleurs, tout le monde flotte ici. Oh, oui, ils flottent Georgie. ILS FLOTTENT. ET QUAND TU SERAS EN BAS, AVEC MOI, TU FLOTTERAS AUSSI !!
 

Jafar, Joker et Pennywise : un beau mec pour camper un monstre, ça craint ?


Hmm… pardon, léger dérapage sur les majuscules. Mais comme avec Trump, quand on crie en majuscule, c’est que c’est encore plus vrai…