Un manuscrit inédit de Louisa May Alcott publié pour la première fois

Gariépy Raphaël - 26.06.2020

Culture, Arts et Lettres - - manuscrit publication inédit - édition Aunt Nellie's Diary - Louisa May Alcott


Un ouvrage inédit, écrit par l’auteure des Quatre Filles du docteur March, a été publié pour la première fois aux États-Unis. Réalisée alors que Louisa May Alcott n’avait que 17 ans, cette œuvre de jeunesse offre aux lecteurs une fin qu’ils ne risquent pas d’oublier…

Lloyd Fuller Diary, August 29-30, 1942
 
Après le succès de la nouvelle adaptation des Quatre Filles du docteur March au cinéma en 2019, Louisa May Alcott fait de nouveau parler d’elle. Un manuscrit inédit de l’auteure a ainsi été sorti de la bibliothèque Houghton, un département de livres et de manuscrits rares de l’Université Harvard, pour être publié aux États-Unis. 

Intitulé « Journal de tante Nellie » l’œuvre figure dans le dernier numéro du Strand Magazine, un magazine littéraire trimestriel basé à Birmingham, dans le Michigan. Comme le souligne le New York Times, la revue n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle avait déjà remis au goût du jour des manuscrits d’Ernest Hemingway, Raymond Chandler et John Steinbeck.
L'oeuvre a été écrite à la main par l’auteur alors qu’elle n’avait que 17 ans. À l’époque, en 1849, Alcott vivait à Boston, dans un appartement au sous-sol et dans une relative précarité. La jeune fille ne fréquente alors aucune école, mais a été élevée par un père philosophe et le poète Henry David Thoreau, ce qui lui permet d’acquérir une maturité d’écriture impressionnante pour son âge. 

L’histoire prend la forme d’un journal écrit par « tante Nellie », une femme de 40 ans. Elle prendra sous son aile trois jeunes gens : sa nièce orpheline, Annie ; l’amie d’Annie, Isabel ; et un ami de la famille, Edward. Long de 44 pages, le manuscrit offre une fin toute particulière. 



Une mauvaise surprise 


Alors qu’il était plongé dans sa lecture, Andrew F. Gulli, le rédacteur en chef du Strand Magazine, s’est soudain retrouvé avec une page blanche devant les yeux. Alcott n’aurait en effet jamais eu le temps de finir son histoire, l’ouvrage se terminant abruptement sur ces mots : « J’ai supplié et prié pour qu’elle… ». Un art involontaire du suspense que l’on peut saluer. 

Entrepreneur dans l’âme, M. Gulli y a vu une opportunité et a décidé d’organiser un concours, invitant les écrivains en herbe à envoyer leur proposition pour terminer l’histoire. La version du gagnant sera publiée dans un prochain numéro.

Les Quatre Filles du docteur March est disponible en France entre autres aux éditions Folio Junior dans une traduction de Paulette Vielhomme-Callais. 

crédit photo : USMC archives CC BY 2.0
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.