Un musée dédié à 'La vache qui rit' à Lons-le-Saunier

Clément Solym - 23.05.2009

Culture, Arts et Lettres - Expositions - vache - rit - musée


Un musée dédié au plus mythique des fromages français, « La vache qui rit », a été ouvert jeudi dernier à Lons-le-Saunier.

Ainsi, dans son village natal, le fromage de Léon Bel s'expose aux regards curieux, gourmands et amusés des visiteurs. Le musée s'étale sur 3 450 m² et permet de découvrir entre autres quelque 600 objets en rapport avec « La vache qui rit » dont ses célèbres affiches publicitaires.

On pourra aussi y voir la cave dans laquelle est né le fromage. et tout y a été conservé en l'état. Les procédés de fabrication sont aussi mis à jours et à l'étage les enfants pourront s'amuser avec des jeux interactifs sur le thème du musée.

Le directeur du musée, Philippe Markarian, explique qu'avec ce musée la petite-fille de Léon Bel, Catherine Sauvin, « a voulu rendre hommage à ses ascendants et à une marque qui est [...] un peu plus qu'une marque dans le coeur des gens ».

Le musée livre aussi la réponse à l'une des plus grandes énigmes du XXe siècle : pourquoi « La vache qui rit » rit ? Et comme à la rédaction, on n'aime pas laisser nos lecteurs sans réponse, on va vous dévoiler ce secret.

Quand Léon Bel a créé son fromage (1921), il s'est mis à chercher un nom et un logo efficaces. C'est alors que l'un de ses amis qui faisait parti de la même unité de ravitaillement que lui durant la guerre 14-18, lui proposa l'idée qui lança tout.

Dans leur unité de ravitaillement (al section B70 RVF) les camions de transport avaient en logo un boeuf au large sourire. Les militaires l'avaient surnommé « la Wachkyrie ». Une allusion aux célèbres Walkyries de la mythologie germanique, qui se trouvaient être les logos des véhicules militaires allemands.

Léon Bel a donc décidé de reprendre cette petite pointe d'humour en la dégraissant de l'allusion militaire. Pour le logo, il est allé voir Benjamin Rabier, le concepteur même du logo des camions de ravitaillement.