Un passage de Jacques le fataliste de Diderot adapté au cinéma

Laurène Bertelle - 26.04.2017

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Emmanuel Mouret Jacques le fataliste - Jacques le fataliste film - Diderot film


Après La vie d’une autre et Caprice, le prochain film d’Emmanuel Mouret sera une adaptation d’un passage de Jacques le fataliste et son maître, écrit par Diderot au XVIIIe siècle. Mademoiselle de Joncquières est un film en costumes qui démontre l’intemporalité d’un schéma bien connu dans la littérature comme au cinéma : le triangle amoureux.


(thierry ehrmann, CC BY 2.0)

 

La littérature est une source d’inspiration inépuisable pour les cinéastes, qui n’hésitent pas à aller chercher dans les classiques des siècles précédents afin de les adapter en films. Pour la réalisation de son neuvième long métrage, Mademoiselle de Joncquières, Emmanuel Mouret s’est inspiré du roman Jacques le fataliste et son maître de Diderot, et d’un passage en particulier.

Le film se concentrera en effet sur l’histoire de Mme de la Pommeraye et du marquis des Arcis telle qu’elle est racontée à Jacques et son Maître par l’hôtesse d’une auberge où ils font étape. Le film est produit par Moby Dick Films et coproduit par Arte. Son tournage commencera dans les mois à venir et, selon un article du Film Français, les acteurs choisis pour interpréter les trois rôles principaux sont Édouard Baer, Cécile de France et Alice Isaaz.

 

Un triangle amoureux au siècle des Lumières

 

Si l’épisode choisi par le cinéaste semble anecdotique, il constitue en réalité dans le roman de Diderot une histoire à part entière, quasi indépendante. Mme de la Pommeraye et le marquis des Arcis sont amants jusqu'au jour où celle-ci découvre que son bien aimé n’a plus de sentiment pour elle. Blessée, elle cherche alors à se venger de lui en lui présentant une courtisane dans l’espoir qu’il en tombe amoureux et se fasse prendre au piège.

 

Le triangle amoureux est un schéma narratif cher à Emmanuel Mouret, puisqu'il l’avait déjà exploité dans ses deux précédents films, Caprice (2015) et Une autre vie (2014). Mais la grande nouveauté pour le cinéaste, qui n’avait jusqu’alors jamais réalisé de film d’époque, est l’ancrage de Mademoiselle de Joncquières dans le siècle des Lumières, dont Diderot fut l’un des piliers.

 

Avec Jacques le fataliste, d’abord publié en feuilleton de 1778 à 1780 puis publié dans son intégralité après la mort de l’auteur, en 1796, Diderot bouleverse en effet le monde de la littérature. Ce dialogue philosophique retrace le long voyage de Jacques et de son Maître, qui fera l’objet de nombreuses digressions et histoires secondaires s’imbriquant dans le récit. Jacque le fataliste et son maître aura marqué les esprits pour sa forme : en niant écrire un roman mais en en reprenant de nombreux procédés, Diderot refuse de s'enfermer dans un genre et en repousse les limites. Sur le fond, le roman est une réflexion philosophique sur la liberté et le déterminisme et sur le pouvoir qu’a l’Homme d'influer sur son destin.

 

Le résumé de l’éditeur pour Jacques le fataliste et son maître :

 

Comment s'étaient-ils rencontrés ? Par hasard, comme tout le monde. Comment s'appelaient-ils ? Que vous importe ? D'où venaient-ils ? Du lieu le plus prochain. Où allaient-ils ? Est-ce que l'on sait où l'on va ? Et que disaient-ils ? Le maître ne disait rien, et Jacques disait que son capitaine disait que tout ce qui nous arrive de bien et de mal ici-bas était écrit là-haut.» D'entrée de jeu, c'est sous le signe de l'incertitude et de l'ironie que Diderot place le roman qu'il publie de 1778 à 1780. Jacques et son maître devisent en voyageant, mais bientôt le récit des amours de Jacques s'interrompt, ouvre à d'autres histoires et à d'autres rencontres dans ce livre admirablement virtuose où la parole circule de narrateur en narrateur. La parole, mais aussi bien la réflexion sur notre liberté et sur le fatalisme qui fait de Jacques un manuel de gai savoir en même temps que ce roman toujours neuf dont l'esthétique de la rupture, de la provocation et du rebond fonde encore la modernité.


Pour approfondir

Editeur : Flammarion
Genre :
Total pages : 360
Traducteur :
ISBN : 9782081285972

Jacques le fataliste et son maître

de Denis Diderot(Auteur)

Jacxques et son maître devisent en voyageant, mais le récit des amours de Jacques s'interrompt, ouvre à d'autres histoires et d'autres rencontres. La parole circule de narrateur en narrateur, livrant une réflexion sur la liberté et le fatalisme. Accompagné d'un dossier permettant d'en faciliter la compréhension et d'une interview : Philippe Jaenada, pourquoi aimez-vous Jacques le fataliste ?

J'achète ce livre grand format à 4 €