Un personnage de Dickens retrouvé dans un film de 1901

Clément Solym - 12.03.2012

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Charles Dickens - film - personnage


Les archivistes sont de précieux secours pour dénicher des oeuvres invraisemblables. Ainsi, au British Film Institute, c'est un film de 1901 qui vient d'être exhumé, dans lequel, durant une minute, un personnage, tiré des oeuvres de Charles Dickens, apparaît. 

 

Pour Bryony Dixon, qui travaille au BFI, c'est une rencontre anecdotique avec un titre du catalogue qui lui met la puce à l'oreille.  The Death of Poor Joe semble avoir quelques échos évoquant un personnage de Bleak House, (La Maison d'Âpre-Vent) un roman de Dickens. Mais, première difficulté, une grande partie des films de cette évoque n'ont pas survécu au temps, et sans grand espoir, l'archiviste consulte les dossiers... pour finalement découvrir que le film est bien là. 

 

C'est cependant sous un titre différent qu'elle retrouve le film, et alors que l'Angleterre célèbre le 200e anniversaire de la naissance de Charles Dickens, la découverte est plus importante encore. 

 

 

 

Jusqu'à lors, le plus ancien film de Dickens connu était Scrooge or Marley's Ghost, sorti en novembre 1901. Et bien qu'il demeure la plus vieille adaptation d'une oeuvre de ce romancier, The Death of Poor Joe lui vole la vedette sur l'ancienneté. En effet, le film a été réalisé en mars 1901... à quelques mois près. 

 

Cependant, si l'on y retrouve un personnage de Dickens, il ne s'agit pas, à proprement parler, d'une adaptation. Plutôt de l'utilisation d'un personnage, intégré dans le film. Réalisé par un pionnier du cinéma britannique, GA Smith, le film a probablement été tourné à Brighton. 

 

Joe est un balayeur pauvre, qui est retrouvé une nuit d'hiver, complètement gelé, son balai à la main, accolé à un mur de cimetière. Difficile de ne pas y retrouver les ambiances de Dickens, mais également quelque chose de la Petite fille aux allumettes, de Hans Christian Andersen - cette fameuse histoire où une petite fille brûle des allumettes, toute la nuit. Avant d'être retouvée, sourire aux lèvres, morte congelée le lendemain matin. 

  

Chose amusante, Joe est joué par une femme, Laura Bayley, et dans les archives, le titre orthographie son prénom Jo. Peut-être de quoi raccrocher plus simplement avec l'oeuvre d'Andersen... (via Guardian)