medias

Un Philip Seymour Hoffman virtuel pour Hunger Games : La Révolte

Antoine Oury - 07.02.2014

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Hunger Games - Philip Seymour Hoffman - adaptation


Tout Hollywood a salué Philip Seymour Hoffman, disparu la semaine dernière, comme un grand acteur, irremplaçable. Enfin, presque : les producteurs de la série Hunger Games, tirée des livres de Suzanne Collins, envisagent de recréer numériquement l'acteur. Une scène importante, ainsi que plusieurs apparitions, n'ont pas pu être tournées.

 


Philip Seymour Hoffman dans Hunger Games : L'embrasement

 

 

Rappelons que l'acteur occupe un rôle plus qu'important dans la saga. Dès Hunger Games : L'embrasement, deuxième volet, il prête ses traits au Haut-Juge Plutarch Heavensbee. Un personnage qui prend de l'importance au fil des épisodes, et dont il est difficilement possible de se passer. Le tournage des deux derniers épisodes de la saga, sous le titre La Révolte, était bien avancé, mais il restait au moins 7 jours de tournage prévus dans l'emploi du temps de l'acteur.

 

Les producteurs de chez Lionsgate ont fait part de leur tristesse à l'annonce du décès de l'acteur, même si l'événement ne « changera rien » à la sortie du film ou à son scénario. « Sa performance d'acteur dans les deux prochains films sera du niveau de ses meilleurs rôles. Je pense que les films lui rendront un excellent hommage », ont-ils ajoutés.

 

Le recours a une technologie permettant de reproduire l'acteur entièrement en images de synthèse a été envisagée parmi les solutions possibles.

 

Rob Legato, chargé des effets pour Le Loup de Wall Street, a été interrogé par le Hollywood Reporter à propos de cette possibilité : « Je n'irai pas jusqu'à dire que l'on pourrait recréer un Philip Seymour Hoffman avec tous ses talents d'acteur, mais il est effectivement possible de le générer pour un plan ou deux », assure-t-il. Les compagnies d'assurance des acteurs, pour palier à ces éventualités de mort soudaine, pourraient prochainement intégrer une séance de captures faciales, dans la probabilité d'une recréation virtuelle.

 

Le procédé de recréation de personnalités décédées existe déjà, mais est surtout utilisé par l'industrie musicale. Le premier à en « bénéficier » fut le rappeur Tupac, au festival Coachella 2012.