Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Une bibliothèque de poésie en plein air, option chaise longue

Nicolas Gary - 07.10.2017

Culture, Arts et Lettres - Salons - poésie bibliothèque mobile - lire poche gradignan - lecture poésie hamacs


« Se retrouver en plein air, c’est toujours un moyen d’ouvrir la poésie aux autres. » En passant devant la bibliothèque de poésie mobile, difficile de se méprendre sur le message : quatre passionnés ont décidé de proposer une cinquantaine de recueils aux visiteurs de Lire en Poche. Et les chaises longues attendent les lecteurs…


Bibliothèque mobile publique
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

L’association Bibliothèque de poésie mobile est ouverte à tous : « Nous ne vendons rien, nous ne sommes pas libraires. Nous proposons simplement de lire de la poésie », nous explique Patrice Luchet, enseignant et poète lui-même. Avec trois autres comparses, ils ont monté pour la seconde année cet espace de lecture.

 

Xavier Evstigneeff est correcteur, auteur et éditeur, et a cofondé la maison Série discrète avec Vincent Lafaille, bibliothécaire; avec eux, Magali Escatafal, qui travaille en bibliothèque universitaire. 

 

« Il faut se souvenir que Lionel Destremau, directeur de la manifestation, a également connu une vie d’éditeur de poésie, et notamment en publiant Holocauste de Charles Reznikoff, une fameuse référence pour nous. » C’est ainsi que l’an passé, la bibliothèque de poésie mobile voit le jour.

 

« Nous constituons notre catalogue avec des coups de cœur, des lectures personnelles, mais toujours avec des œuvres contemporaines, qui portent une réflexion sur le langage. Durant la manifestation, nous offrons à qui le souhaite de pouvoir lire un peu, et d’emprunter le livre pour une heure ou deux. »


Bibliothèque mobile publique
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Une fois sa pause poétique achevée, chacun des quatre est disponible pour parler, discuter du ressenti de la lecture. « Rien n’est obligatoire, mais on espère de cette manière pouvoir sensibiliser à ce genre qui n’a, de toute évidence, pas vraiment de place dans les médias. »

 

Leurs interventions ne se limitent d’ailleurs pas au salon : chacun intervient également dans le cadre d’ateliers scolaires, avec un impératif. Un prix très bas. « Nous travaillons bénévolement pour la bibliothèque, et dans tous les cas, nous avons surtout la poésie à l’esprit. » 

<

>



Lire en poche, le salon de Gradignan dédié aux petits formats