Vian, cet enfant génial du siècle dernier

Clément Solym - 09.09.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - bnf - exposition - vian


Pour tous ceux qui veulent s’initier aux mystères de la Pataphysique. Ou contempler des manuscrits et des photos d’époque. Ou encore percevoir les richesses et la profondeur du personnage. Pour ceux-là et les autres, la BNF a eu l'idée d’organiser du 18 octobre au 15 janvier une exposition rétrospective.


Boris Vian est né en 1920 et mort 39 plus tard, d’une maladie du cœur. L’Écume des jours rappelle son calvaire. Qu’il a apparemment très bien supporté, en côtoyant sans gêne les grands intellectuels de son époque à Saint-Germain-des-Prés.

Chanteur, acteur, écrivain, musicien de jazz et ingénieur centralien, il réussit et loupa un peu tout de son vivant. Ses œuvres ne connurent un réel succès qu’après-guerre, à partir des années 60 ans.
 

 


Adepte de la censure, il ne fut pas toujours autant connu que son pseudonyme Vernon Sullivan. L’Arrache-Cœur, proche dans le procédé esthétique des Fleurs du Mal, mais dépourvu de rhétorique ampoulée, n’eut qu’un succès très relatif avant sa redécouverte des années plus tard. 

Son époque a manqué la couleur douce-amère que pouvaient prendre les horreurs du quotidien par son écriture.

 

Des pièces exceptionnelles jalonneront le parcours du visiteur, grâce à la contribution de la famille de l’auteur. Ainsi des manuscrits rares, des tableaux ou des collages peu connus seront visibles. En tout 200 pièces seront à voir ou à entendre. Un véritable musée temporaire dédié à l’auteur.

 
Pour découvrir ou redécouvrir le personnage sous toutes ses facettes, il faudra se rendre à la Galerie François 1er de la Bibliothèque François Mitterand aux dates dites, et payer de 5 à 7 € pour les individus, et de 70 à 45 € pour les classes du primaire et du secondaire en visite guidée.

Plusieurs événements (atelier Oulipo, hommage musical) auront aussi lieu. Vous pouvez télécharger la brochure complète pour plus de renseignements.