Vice caché, le roman de Thomas Pynchon, porté au cinéma

Cécile Mazin - 02.05.2013

Culture, Arts et Lettres - Cinéma - Thomas Pynchon - Vice caché - adaptation


L'adaptation sera financée par Warner Bros, et le projet est particulièrement attendu.  Inherent Vice, traduit en français par Nicolas Richard et publié chez Seuil en 2010 sous le titre Vice caché, sera porté au cinéma. Une grande première dans l'oeuvre du romancier, puisque Pynchon n'a jamais connu les joies d'un tournage. Et ce dernier a d'ailleurs déjà commencé.

 

 


 

 

Paul Thomas Anderson s'est vu confier la responsabilité de ce portage, et la seule chose que l'on sait, c'est que les gens restent assez silencieux, comme pour tout ce qui concerne les oeuvres de Pynchon. Même le réalisateur n'avait rien laissé filtrer, au cours de ces dernières années. Et sollicité pour l'occasion, il explique simplement être « fan de cet auteur, depuis son adolescence ». Sauf que, pas un mot de plus. 

 

Le roman, pitché par l'éditeur :  

Shasta, l'ancienne compagne du détective privé Doc Sportello, vient lui demander de l'aide : elle craint pour la vie de son amant, le milliardaire Mickey Wolfmann. Dans le même temps, Tariq Khalil, membre d'un gang noir américain, fait également appel aux services de Investigations LSD, l'agence de Doc Sportello : il recherche un ancien copain de prison, un certain Glen Charlock, appartenant au service d'ordre de Mickey Wolfmann. Doc mène l'enquête et se retrouve seul témoin de la scène de crime où Glen Charlock est retrouvé mort. Il est aussitôt suspecté par le flic Bigfoot d'être l'assassin.

Entre- temps, Mickey Wolfmann a mystérieusement disparu. À mesure que plusieurs enquêtes s'ouvrent, jalonnées de joints roulés et fumés, les choses se compliquent. Il va être question d'un bateau de contrebande, le Croc d'Or, de surfeurs défoncés au LSD, de bikers néo-nazis, et de toutes sortes de personnages déglingués. Inherent Vice est à la fois un roman psychédélique californien et la chronique de la fin inexorable d'une période, avec pour toile de fond l'affaire Charles Manson (assassinats en 1969, jugement en 1971) et les émeutes du quartier noir de Watts à Los Angeles. Les années 1960 du rêve hippie laissent la place aux années 1970 de la paranoïa, du retour à la peur, au contrôle et à la cupidité.

 

Un trailer du livre avait été diffusé en 2009, où le narrateur prend la voix de Doc Sportello. Le tournage du film a débuté ce 30 avril. On ne sait pour l'heure pas si l'auteur a pris part à la rédaction du scénario. (via CigsAndRedVines)