Victor Lanoux, homme de théâtre, de cinéma et de télévision, est mort

Antoine Oury - 04.05.2017

Culture, Arts et Lettres - Théatre - Victor Lanoux théâtre - Victor Lanoux décès - Victor Lanoux TNP


L'acteur, scénariste et dramaturge Victor Lanoux, né le 18 juin 1936 à Paris, est mort le 4 mai 2017 à Royan des suites d'un accident vasculaire cérébral. Aujourd'hui connu pour son rôle dans la série Louis la brocante, cet « artiste du peuple » avait fait ses débuts au Théâtre national populaire avant de signer plusieurs pièces de théâtre.

 

Victor Lanoux en 1982 (capture d'écran YouTube)
 

L'« artiste du peuple » avait trouvé sa vocation alors qu'il était du côté des techniciens, machiniste aux studios de Boulogne où Anthony Quinn tourne Notre-Dame de Paris de Jean Delanoy. Cet ancien parachutiste suit alors des cours par correspondance pour devenir acteur, et débute rapidement dans les cabarets parisiens. Il y fait deux rencontres décisives pour sa carrière, Jean Richard et Georges Brassens, qui joue souvent après le passage de Lanoux et Richard, interprètes sur scène de sketchs et de chansons.



Quelques années après ses débuts au cabaret, Victor Lanoux fait ses premiers pas de comédien dans une mise en scène du Bourgeois gentilhomme de Molière, mis en scène Jean-Pierre Darras. En 1965, il rejoint le Théâtre national populaire pour Hamlet de William Shakespeare, mis en scène Georges Wilson, avec lequel il collabore à plusieurs reprises au TNP, pour des pièces de Giraudoux et de Bertolt Brecht, notamment.

 

En 1973, Lanoux signe sa première pièce, Le Tourniquet, dans laquelle il interprète un rôle et qu'il met lui-même en scène. Il reproduira l'expérience de l'écriture l'année suivante avec Le Péril bleu ou méfiez-vous des autobus

 

Victor Lanoux a toujours mené de front des carrières dramatiques et audiovisuelles : il obtient un petit rôle au cinéma dès 1953, et ses premières expériences télévisuelles, pour des téléfilms ou des séries, remontent au début des années 1960. On le retrouve ainsi dans une adaptation des Misérables pour la série Le Théâtre de la jeunesse, ou dans un téléfilm tiré de la nouvelle Le Crime de Lord Arthur Savile d'Oscar Wilde.

 

Les années 1970 et 1980 seront celles du cinéma, plus particulièrement, avec ses rôles dans L'Affaire Dominici de Claude Bernard-Aubert, Folle à tuer d'Yves Boisset, Adieu poulet de Pierre Granier-Deferre et bien sûr Un éléphant ça trompe énormément d'Yves Robert, en 1976.





Il retourne à l'écriture dramatique en 1989, avec La Ritournelle, qui lui vaut une nomination aux Molières. Il signera une dernière pièce en 1994, Drame au concert. C'est en 1998 qu'il incarne pour la première fois Louis Roman, dans la série Louis la brocante, qui durera jusqu'en 2014, malgré une lourde opération qui le laisse paraplégique. Son dernier grand projet sera la série télévisée Les Enquêtes du commissaire Laviolette, d'après les romans de Pierre Magnan.


Mise à jour 14h45 :


La ministre de la Culture et de la Communication Audrey Azoulay a rendu un hommage à Victor Lanoux :
 

Victor Lanoux incarnait cette vitalité de la France d’après-guerre et cette magie du cinéma, qui permet à un ouvrier de chez Simca de devenir en quelques années l’un des acteurs préférés des Français.

Durant sa longue et très riche carrière, dans les films d’Yves Boisset, de Jean-Charles Tachela ou encore d’Yves Robert, il a toujours choisi des rôles qui lui permettaient d’exprimer son humanité en laissant affleurer tout ce qu’il y avait de tendre et de chaleureux en lui, tout ce qui, pour beaucoup, le rendait si attachant.

C’était un acteur plein d’humour, qu’il avait su cultiver dès ses débuts au cabaret, aux côtés de son fidèle ami Pierre Richard mais il a aussi montré son talent sur les plateaux de théâtre, sous la direction de Georges Wilson et de Roger Planchon, en interprétant des textes de Shakespeare, Brecht ou Giraudoux.

Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, adresse à sa famille et à ses proches ses sincères condoléances.