Victor-Lévy Beaulieu boycotte le gala des Prix Gémeaux

Clément Solym - 19.09.2011

Culture, Arts et Lettres - Salons - victor-levy - académie - beaulieu


L’écrivain canadien Victor Lévy-Beaulieu a décidé de ne pas se rendre au gala des prix Gémeaux pour recevoir le Grand Prix de l’Académie du cinéma et de la télévision remis dimanche dernier. Le romancier déplore que les prix soient remis cette année sur le Net seulement et non plus à la télévision.

Dans une lettre adressée à plusieurs médias, intitulée J’aime moins la télévision qu’avant, Victor-Lévy Beaulieu explique qu’attribuer ces prix « hors des ondes » est le signe d’un certain mépris du public et affirme « être atteint dans son orgueil ».


Ecrivains sur « voie de garage »

« C'est une symbolique qui rejoint ce que l'on voit de plus en plus à la télévision, soit l'importance de moins en moins grande que l'on accorde aux écrivains, à moins qu'ils soient très populistes »
, souligne-t-il dans un entretien accordé à la Presse Canadienne.

Dénonçant la place des écrivains sur « voie de garage » dans la société et les médias, l’auteur rappelle la place importante de sa profession dans le milieu culturel, alors que la plupart de ses écrits ont été adaptés au petit écran (Les As, Race de monde, L’Héritage).
« On évacue l'écrivain de tous les lieux d'accueil où il pourrait être important, comme si on ne voulait plus le voir, comme s'il n'était qu'un petit rouage dans la machine, et sans croire que s'il n'y a pas d'écrivain, s'il n'y a pas de texte, il n'y a rien. »
Un honneur

Victor-Lévy Beaulieu se dit toutefois honoré d’avoir reçu ce prix et remercie pour cela « l’intelligence du public », ainsi que les comédiens, les réalisateurs et les artisans.

Auteur de téléromans, Romancier, éditeur, dramaturge, essayistes, poète et chroniqueur, Victor-Lévy Beaulieu a plus d’une idée dans sa plume. Il a reçu plusieurs fois le prix Gémeaux, ainsique que le prix Anathase-David en 2001 et son œuvre ne compte pas moins de 70 ouvrages.
«Victor-Lévy Beaulieu est un auteur dont les téléromans, couronnés de succès, ont participé de façon notoire à l’essor de l’écriture télévisuelle au Québec. Aussi romancier, éditeur, dramaturge, poète, essayiste, chroniqueur et polémiste, VLB se classe certainement parmi les plus grands du milieu littéraire québécois contemporain», a indiqué l’Académie.
  Crédit photo: la Presse Canadienne