Vladimir Nabokov et la France : une histoire d'amour manquée

Cécile Mazin - 29.04.2013

Culture, Arts et Lettres - Salons - Vladimir Nabokov - colloque - société française


Pour la première fois depuis sa création en 2011, la Société française Vladimir Nabokov va organiser un colloque international les 30, 31 mai et 1er juin, qui aura pour thématique les relations entre le romancier et la France. En partenariat avec la BPI, qui coorganise la journée du 1er juin, la Société invite chacun à s'y rendre.

 

 

 

 

Nabokov avait entretenu une relation que la critique internationale aurait en effet négligée, estime la Société. Car, si son séjour sous nos latitudes n'a duré que de 1937 à 1940, c'est avant tout l'invasion allemande qui l'a contraint à quitter l'Europe, pour s'installer en Amérique. Et les organisateurs de préciser :  

 

Le colloque entend surtout mettre en lumière la nature des liens existant entre la culture française et l'œuvre de l'écrivain, et pour la première fois, en quelque sorte, permettre à son œuvre de « retrouver » Paris. Les liens entre l'écrivain et la France sont à double sens, puisque Nabokov, on le sait, a puisé une large partie de son inspiration dans la philosophie, la peinture, le cinéma et la littérature de notre pays.

À l'inverse, Nabokov a influencé ou interpellé de nombreux intellectuels et artistes français, dont Sartre, Lacan, Robbe-Grillet, Gainsbourg, pour n'en citer que quelques-uns. À travers des échanges qui mêleront chercheurs français et étrangers, ce colloque permettra aux spécialistes, comme aux non-spécialistes, de mesurer ensemble le(s) sens et l'intensité de ces flux interculturels.

 

Le programme de ces trois journées sera avant tout un partage avec le public français, lui permettant de comprendre tous les liens que l'écrivain avait tissés avec la France. De nombreux évènements accompagneront les deux journées, comme la lecture de Mademoiselle O, réalisée par Denis Podalydès, ou encore des tables rondes et une promenade parisienne en marchant sur les traces du romancier. 

 

Ainsi, la « manifestation se veut pluridisciplinaire, et convoque non seulement des chercheurs du monde entier issus de différentes spécialités littéraires – comparatiste, angliciste, slavisante – mais également des personnalités au profil non-universitaire : poètes, traducteurs, écrivains, plasticiens, comédiens, artistes de rue »

 

Plus de renseignements, à cette adresse.