« Voyage au bout de la nuit » : ou comment lire les yeux fermés...

Clément Solym - 23.07.2008

Culture, Arts et Lettres - Salons - Voyage - bout - nuit


Depuis le 4 février 2008, Direct 8, LA chaîne des émissions en direct de la T.N.T., s'est lancée dans le pari insensé de proposer un programme de littérature du lundi au vendredi, qui se limite en fait à la lecture de classiques par des « comédiens ».

Voyage au bout de la nuit... Vous n'en avez jamais entendu parlé ? Mais alors que faisiez-vous la nuit dernière entre 2 h et 4 h du matin ? Vous dormiez ? ActuaLitté a veillé pour vous, afin de vous présenter cette émission pour le moins soporifique...

Le concept : remplir la grille des programmes sans dépenser un kopeck.

« Entre 2 h et 4 h du matin, des comédiens se succéderont pour lire les grandes œuvres de notre patrimoine littéraire. Avec ce programme, Direct 8 propose une autre manière de découvrir ou redécouvrir la littérature française et ses plus grands auteurs comme Jules Verne, Alphonse Daudet, Maupassant....», annonce la chaîne.

Un des principes phares de cette émission semble être l'économie des moyens, ce que l'ont peut comprendre facilement, étant donnée la tranche horaire de diffusion. Direct 8 nous promettait « une ambiance et un décor feutrés » et le pari est réussi.

En guise de décor : un fauteuil blanc en osier, ainsi qu'une table basse IKEA recouverte de livres fermés ; et l'ambiance (ah l'ambiance !), elle est si discrète qu'on ne la remarque même pas... Les livres également ne coûtent pas cher à l'émission, ce sont des LIBRIO et tous les titres proposés sont maintenant tombés dans le domaine public, ce qui évite à la chaîne de payer des droits d'auteur.

Non, il ne faut pas vous attendre à vibrer avec la lecture d'un dernier Nothomb, mais plutôt avec La Chartreuse de Parme de Stendhal, ou encore Manon Lescaut de l'Abbé Prévost. Au moment-même où je rédige cet article, il s'agit des Contes Philosophiques de Voltaire.

Après une présentation très minimaliste de l'œuvre qui se limite en fait à l'évocation du titre et de l'auteur, la comédienne commence sa lecture, qui va se poursuivre deux heures durant, avec de très courtes pauses toutes les 25 minutes environ, et le chant de la « sirène » accompagnera les insomniaques jusqu'au bout de la nuit...

Les comédiens : n'est pas Lucchini qui veut !

Les comédiens sont de jeunes filles et de jeunes garçons, sans doute quelques étudiants parisiens ou stagiaires en audio-visuel qui doivent bien payer leurs loyers. En visionnant les différentes émissions, on devine aisément les critères du casting : avoir entre 20 et 30 ans, être agréable à regarder, mais ne pas paraître vulgaire, et (surtout ?) savoir à peu près lire. On aura donc le choix entre le prototype du gendre idéal et celui de la jeune Sainte-Nitouche.

Ces critères n'ont pas été laissés au hasard par Direct 8. Il s'agit sûrement de détourner l'attention du spectateur. En effet, les erreurs de lecture, les fautes de diction, ou les mauvaises articulations sont pardonnables, lorsque la jeune fille présente un aussi joli minois ! Il faut bien admettre tout de même que le travail est difficile : lire deux heures durant, et en direct, un livre auquel on feint de s'intéresser... ça mérite bien un salaire.

Soyons donc indulgents, même envers les quelques grattages de nez, ou tripotages de mèches qui parasitent la lecture. Et de toute façon, n'est pas Lucchini qui veut ! Lorsqu'il lit L.F.Céline justement, devant une salle comble, il ne se contente pas d'ânonner et de pousser difficilement les mots les uns derrière les autres, non au contraire, il est inspiré par les dieux de la lecture et emporte le public dans son enthousiasme ! Direct 8 n'a pas vu le spectacle...

Voyage au bout de la nuit : une émission inclassable.

L'idée en elle-même est assez originale et n'a pas, que je sache, d'équivalent : un livre dans un tube cathodique. L'ambition était-elle de mettre un terme aux antagonismes qui opposent la lecture au petit écran ? Dans les programmes T.V. l'émission est caractérisée de « Magazine Littéraire », mais le terme est un peu excessif : on ne peut pas dire qu'il s'agisse vraiment d'un programme culturel, puisque les textes nous sont livrés tels quels, sans aucune explication ou contextualisation de l'œuvre On ne peut pas dire non plus que ce soit une émission de divertissement. Mais alors à qui s'adresse ce programme ?

A en croire les différents forums, certains spectateurs y voient l'occasion de se donner bonne conscience, sans avoir les mains liées à un livre, en écoutant l'émission en bruit de fond, tout en faisant autre chose. D'autres encore, y trouvent une thérapie à leurs troubles du sommeil : ils lisent quelques minutes en gardant les yeux bien fermés, puis fatalement s'endorment.

Il y a aussi ceux qui rentrent de soirée, dans un état second, et qui trouvent là le moyen assuré de pouvoir comater sur le divan. Qui sait ? Peut-être qu'un jour cette émission sera très tendance dans le milieu de la nuit, et qu'elle s'imposera d'elle-même comme LE rituel incontournable des clubbers...