Weyergans, éternel retardataire, même à l'Académie

Clément Solym - 17.06.2011

Culture, Arts et Lettres - Récompenses - weyergans - academie - française


L'arrivée du nouvel immortel sous la Coupole de l'Académie ne s'est pas faite en toute discrétion. C'est que l'écrivain franco-belge est plutôt réputé pour être constamment en retard, et il n'a pas dérogé à la règle, même en ce jour si particulier.

C'est Érik Orsenna qui a annoncé que le futur Immortel serait « légèrement en retard », avant d'entamer son discours d'intronisation, rédigé à l'attention de François Weyergans, qui se sera offert quinze minutes de bourre et un costume d'académicien signé Agnès b.

L'épée, pour sa part, fut réalisée par le chorégraphe Maurice Béjart, rapporte l'AFP.


« Vous voici. Vous voici enfin ! Nous avons failli attendre », clame Orsenna au moment où Weyergans entre, alors que la cérémonie a débuté depuis quinze bonnes minutes, ravi de ne pas déroger à son habitude. Mais surtout, une première dans l'Académie. Et Orsenna d'ajouter : « Pourtant, la manière dont vous aviez mené campagne, tambour battant, semblait indiquer une vive impatience à nous rejoindre. » (retrouver sa réponse)

Occupant le siège de Maurice Rheims, au fauteuil 32, l'hommage qu'il lui a rendu ne manquait pas d'émotion, glissant même un petit mot à l'attention du pape du Nouveau roman, Alain Robbe-Grillet. « J'ai joué au ping-pong avec lui », se souvient-il.

voir aussi l'article de BibliObs