Découvrir les aventures d'Alice sous la Terre, bien avant le pays des merveilles

Victor De Sepausy - 05.07.2017

Edition - alice pays Merveilles - Lewis Carroll Alice - manuscrit Alice Dodgson


Alice au pays des merveilles n’a pas toujours porté ce titre enchanteur. Lewis Caroll, qui n’a pas non plus toujours porté ce nom, avait trouvé que Alice’s Adventures under Ground, était plus explicite. Et l’histoire du manuscrit débute le 4 juillet 1862, lors d’un voyage – évidemment...



 

 

Le révérend Charles Dodgson était professeur de mathématiques à la Christ Church (Oxford), en 1856. C’est à cette époque qu’il rencontre la famille Liddell – Alice, ses frères et ses sœurs. Enfants du doyen de l’établissement, Dodgson se lie d’amitié avec le père, et se prend d’affection pour les enfants. C’est de cette rencontre que le Pays des Merveilles verra le jour.

 

Alice, Lorina et Edith, ce 4 juillet 1862, sont en vacances, comme tous les enfants. Et pour égayer leur repos, le révérend décide de leur inventer une histoire, qu’il écrit à la main : 37 illustrations réalisées au stylo accompagnent cette histoire dont une certaine Alice est la protagoniste principale.

 

Quelque deux ans plus tard, le 26 novembre 1864, le bon révérend offre comme cadeau à Alice le manuscrit qu’il a lui-même composé. Mais l'auteur étant plus doué pour l’invention que l’illustration, le livre reste très artisanal – et pas vraiment chaleureux.

 

Ce n’est qu’encouragé par des amis que le révérend décidera de soumettre son manuscrit – avec quelques modifications toutefois. Les références familiales — qui n’avaient de sens que pour amuser les enfants Liddell – ont ainsi disparu. Et deux nouveaux chapitres apparaissent – Pig and Pepper, et A Mad Tea-Party.

 


 

Dans le même temps, Dodgson cherche un illustrateur pour remplacer ses propres dessins et trouve John Tenniel. En 1865, le dessinateur lui propose de nouvelles illustrations, s’inspirant tout de même de ceux de Dodgson. D’autres, comme le Lièvre de Mars et le Chapelier fou seront des créations originales – le chapitre n’existait pas dans le manuscrit originel de 1856.

 

Et puis, dernière touche au tableau : le révérend change de nom et sous le pseudonyme de Lewis Carroll propose finalement son manuscrit. L’histoire de Alice’s Adventures in Wonderland verra le jour, près de dix ans après sa création.

 

Jusqu’en 1928, Alice Liddell conservera cependant le livre dont le révérend lui avait fait don pour Noël. Elle sera contrainte de le céder pour régler des droits de succession, à la mort de son époux – et la maison d’enchères Sotheby le vendit pour 15 000 £ à un acheteur américain, Eldridge Johnson.

 

Une nouvelle vente survint en 1946, à la mort de ce dernier, et cette fois, un groupe de riches bienfaiteurs l’acheta en 1948, et en fit don au British Museum. 


 

 

Toutes les pages en sont numérisées et consultables via la British Library.



Les histoires sans fin