Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

École des loisirs - Agnès Desarthe : « J'ai le sentiment que Louis Delas dirige avant tout une entreprise »

Fred Ricou - 13.05.2016

Edition - école - loisirs - éditrice


L'École des loisirs continue de faire parler. Suite au mouvement qui agite la célèbre maison d'édition jeunesse depuis quelques mois et dont les changements bousculent la sphère des auteurs de celle-ci, la direction a répondu dans un communiqué sur plusieurs médias, dont le nôtre, en donnant sa version des faits.

 

 

« Nous passerions, prétend-on, de la littérature authentique au produit, de l'écrivain libre au rédacteur sans âme, de l'édition artisanale, respectueuse de la personnalité et du style des créateurs, à la fabrication d'objets façonnés pour une meilleure diffusion commerciale… »

 

Actualitté qui aime aller plus loin que de simples échanges sur internet a contacté l'une des auteures phares de la maison, Agnès Desarthe. 

 

Proche de Geneviève Brisac, son éditrice, actuellement en congés maladie sine die, Agnès Desarthe explique : « Quand j'ai reçu la circulaire de L'école, j'étais verte de rage, sans parvenir à me l'expliquer. J'avais le sentiment que l'on se trouvait en Corée du Nord », estime Agnès Desarthe, en référence au fameux communiqué. « Je ne comprends pas du tout ce langage quand Louis Delas évoque “les équipes” : ce terme me paraît flou et ne pas refléter la réalité de ce qu'est une maison d'édition, où l'on rencontre avant tout des personnes – et avant tout, une maison de littérature. Mais peut-être ne nous accordons-nous pas sur le sens à y donner. J'ai désormais le sentiment que Louis Delas dirige avant tout une entreprise, et que la vente de livres n'y est qu'un épiphénomène. »

 

Une situation qui ne devrait pas s'éclaircir d'ici quelques semaines. Retrouvez l'interview intégrale en cliquant ici 



Les histoires sans fin