Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Électrogène, la nouvelle collection made in Gulf Stream

Fred Ricou - 20.04.2015

Edition - gulf stream - Électrogène - collection


Nous aimons beaucoup Gulf Stream éditeur. Installé à Saint-Herblain, à quelques kilomètres de Nantes, la maison d'édition nous surprend régulièrement avec des romans de qualités, un superbe catalogue d'auteurs et des albums tous plus beaux et intelligent les uns que les autres. Nous ne sommes pas des flatteurs, nous aimons. Point.

 

Éditeur depuis 2011 de la nouvelle présidente de la charte des auteurs et illustrateurs jeunesses, Carole Trébor qui a rapporté plusieurs prix avec sa série Nina Volkovitch, Gulf Stream en quelques années, s'est fait une belle place dans le monde de l'édition jeunesse.

 

Après une collection de romans pour les grands ados Courants Noir qui a vu émerger de magnifiques textes, Gulf Stream se lance dans une nouvelle aventure qui démarrera avec une collection Électrogène dont le premier titre paraîtra le 21 mai, un texte de Jérôme Noirez, Brainless.

 

 

Nous sommes allé poser quelques questions à Paola Grieco, la directrice éditoriale de la maison pour qu'elle nous parle de cette nouvelle collection.

 

LHSF : Le 17 avril 2014 s'est arrêté, avec le titre "Elle posait pour Picasso" de Béatrice Égémar, la collection Courants Noirs et dans quelques semaines commence une nouvelle collection, Électrogène, est-ce qu'il y a lien entre les deux ?

 

Paola Grieco : La collection « Courants noirs » est une très belle collection riche de 25 titres, qui s'est développée à un rythme soutenu entre mars 2008 et avril 2014. Assez vite repérée, elle a conquis un lectorat fidèle et nombre de ses titres ont été récompensés, tant par les professionnels du livre que par les jeunes lecteurs. La spécificité « polars historiques » ainsi que la qualité littéraire de « Courants noirs » ont laissé une empreinte originale, c'est pourquoi Gulf Stream s'attache aujourd'hui encore à mettre en avant les différents titres de cette collection qui fait aujourd'hui partie du fonds. Cette animation du fonds existe notamment grâce à la sortie progressive, à compter de 2015 et dans le propre format poche de Gulf Stream, des ouvrages de « Courants noirs ». Les premiers titres à paraître sont L'Empire invisible, Fleurs de dragon et Desolation road de Jérôme Noirez, au mois de mai 2015, à l'occasion du lancement de la toute nouvelle collection « Electrogène », avec un titre du même auteur, mais dans un genre complètement différent : Brainless ! En effet, depuis 2012, nous avons souhaité élargir notre offre en fiction, avec une exploration des genres inédits dans le catalogue de Gulf Stream, et pour un lectorat allant de 11 à 15 ans et plus. Séries historiques et fantastiques, séries d'urban fantasy, de SF, d'anticipation… Nous nous sommes plongés avec délices dans ces différents courants, qui nous ont naturellement portés à créer une nouvelle collection « hétérogène, électrique et érogène ». Il n'est pas question de faire fi du passé, mais bien de proposer un choix encore plus riche de romans aux adolescents, jeunes et moins jeunes. D'autres ouvrages au format poche suivront, accompagnant le plus souvent des inédits des mêmes auteurs dans la collection « Electrogène ». Ainsi, au mois de septembre paraîtront simultanément Là où tombent les anges, de Charlotte Bousquet, et une réédition de Noire Lagune.

 

LHSF : Comment s'est-elle construite ?

 

P. G : « Electrogène » s'est construite à la fois autour de textes proposés spontanément à Gulf Stream Éditeur par des auteurs n'ayant encore jamais publié dans notre catalogue, et de discussions menées avec des auteurs « maisons ». Un fil conducteur a rapidement relié ces textes, porteurs d'une forte tension narrative (pour le côté électrique), explorant une gamme variée de genres littéraires (pour le côté hétérogène), et qui ne se censurent pas (pour le côté érogène, entre autres !). La dimension esthétique a également été travaillée de façon différente par rapport au reste du catalogue de la maison, avec un recours systématique à de la photographie, plus conceptuelle que narrative. Gulf Stream accorde une grande importance à la fabrication de ses ouvrages, et nous voulions démarquer cette collection du reste de la production, avec un recours à des tranches colorées en concordance avec le pantone utilisé sur le cartouche de la couverture. La charte graphique un peu « pop » de cette collection a été conçue avec talent par la directrice artistique Jeanne Mutrel.

 

L.H.S.F : Quand un manuscrit arrive sur votre table, qu'est-ce qui fait qu'il entre dans la collection Électrogène ?

 

P.G : Si ce manuscrit est imprégné de l'état d'esprit « Electrogène », mentionné plus haut, qu'il compte environ 500000 à 600000 signes, et qu'à la première lecture il provoque un coup de cœur (que l'on doive retravailler ou non le texte), il a ses chances dans la collection ! En théorie, bien sûr, car il s'agit à chaque fois d'une alchimie indéfinissable entre l'écrivain et le lecteur, l'auteur et l'éditeur…

 

L.H.S.F :  La collection démarre avec un texte "zombiesque" Brainless de Jérôme Noirez, comment et pourquoi ce texte a été choisi ?

 

P.G : Au cours d'une discussion à la fin de l'été 2013, Jérôme Noirez m'a proposé son projet « zombiesque ». « Electrogène » était déjà en germe, et j'étais précisément en train de collecter différents textes « coups de cœur », sortant de l'ordinaire du catalogue, qui commençaient à définir les contours d'une nouvelle collection. J'aime énormément la plume de Jérôme, et ses ouvrages ont toujours eu une place de choix dans le catalogue de la maison. Aussi, je lui ai fait toute confiance, après avoir seulement pris connaissance d'un rapide synopsis. Je ne suis pas particulièrement friande de récits de zombies, mais il y avait là quelque chose de différent, entre la satire sociale, le gore et l'humour décalé, sur fond de romance et de violence. Comme à mon habitude, je me suis entourée de jeunes lecteurs membres du comité de lecture de Gulf Stream dont j'ai recueilli les avis éclairés, parfois surprenants, et toujours très justes. Leurs avis concordants m'ont confortée dans l'idée que ce manuscrit, ainsi que ceux qui étaient déjà sélectionnés ou en gestation, rencontreraient leur public à travers cette nouvelle collection.

 

L.H.S.F : Quels sont les auteurs que nous allons retrouver dans cette collection ?


P.G : Il y aura donc Là où tombent les anges, de Charlotte Bousquet, en septembre 2015, puis cinq titres en 2016, signés Caroline Martin-Piva (dont ce sera le premier roman), Agnès Marot, Cindy Van Wilder, Charlotte Bousquet, Françoise Grard – et peut-être une surprise (les auteurs masculins sont bien entendu admis). Les titres sont encore provisoires, mais les pages commencent d'ores et déjà à pleuvoir !



Les histoires sans fin